BFMTV

En Chine, Maduro rend hommage au "géant" Mao et décroche des accords économiques

Nicolas Maduro dans le mausolée de Mao Tsé-toung.

Nicolas Maduro dans le mausolée de Mao Tsé-toung. - FRANCISCO BATISTA / Venezuelan Presidency / AFP

Vendredi Nicolas Maduro était en visite à Pékin, où il a rendu hommage à Mao Tsé-toung avant de signer plusieurs accords économiques.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, en visite à Pékin, a rendu vendredi hommage au "géant" Mao Tsé-toung dans son mausolée, avant la signature d'accords énergétiques et miniers, un nouveau soutien chinois crucial pour Caracas.

Venu en Chine en quête désespérée d'aide économique et diplomatique pour son pays en crise, le dirigeant sud-américain a entamé son séjour par un passage au mausolée de Mao, colossal bâtiment sur la place Tiananmen, au coeur de la capitale.

Visite du mausolée

Il s'est incliné à trois reprises devant le corps momifié du fondateur de la Chine populaire.

"J'étais très ému, cela ravive le souvenir d'un des plus grands fondateurs du XXIe siècle multipolaire", un "géant de la patrie de l'humanité" et "des idées révolutionnaires", a affirmé Nicolas Maduro, dans des déclarations diffusées par le réseau télévisé vénézuélien officiel VTV.

Très peu de dirigeants étrangers ont visité le mausolée de Mao, dont le règne de 1949 à sa mort en 1976 a été marqué par des dizaines de millions de morts, des famines du "Grand Bond en avant" jusqu'aux violences de la "Révolution culturelle".

L'ex-dirigeant cubain Raul Castro est le dernier à y avoir mis les pieds, en 2005.

Accords économiques

Nicolas Maduro a ensuite retrouvé le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi pour la signature de 28 accords, d'une valeur atteignant selon lui plusieurs milliards de dollars.

Ces protocoles d'accord incluent notamment une coopération renforcée dans l'exploration gazière au Venezuela, une "alliance stratégique" dans l'extraction d'or, et l'approvisionnement du pays sud-américain en articles pharmaceutiques --qui lui font cruellement défaut.

B.L. avec AFP