BFMTV

"Dropped": polémique en Argentine sur l'utilisation d'hélicoptères officiels

Sur les lieux du crash, l'enquête se poursuit.

Sur les lieux du crash, l'enquête se poursuit. - JUAN MABROMATA / AFP

Certains élus argentins  s'interrogent sur la légitimité du prêt des deux hélicoptères qui se sont crashés lundi, causant la mort de dix personnes, dont huit Français, lors du tournage de "Dropped".

Tandis que la France fait le deuil de ses huit ressortissants morts lundi, une polémique enfle en Argentine. Pourquoi des hélicoptères "officiels" ont-ils été prêtés à la production d'une émission de téléréalité française? Les appareils appartenaient aux provinces de la Rioja et de Santiago del Estero. La controverse prend maintenant un tour politique.

Un des hélicoptères était une ambulance

Ainsi le site d'informations argentin Clarin titrait mercredi: "L'usage d'un hélicoptère officiel pour la télévision crée la polémique". Le média rapporte les déclarations du député Julio Martinez de l'UCR (Union civique radicale, d'inspiration sociale-démocrate). Celui-ci fustigeait, sur Parlementario.com repéré par Le Monde, ce qu'il considère comme un détournement. L'hélicoptère acquis pour trois millions de dollars par la province de la Rioja servait d'ambulance, rapporte le site de la radio Cadena 3.

"Comment justifie-t-on qu’un appareil à vocation sanitaire puisse être loué en ces circonstances, quand, d’un autre côté, on en refuse l’usage aux simples citoyens pour des urgences vitales? (…) Ici, la parole d'un gouverneur a plus de poids que la loi, un de ses SMS vaut plus qu'un décret, sans son consentement, l'hélicoptère n'aurait pas bougé. (...) Nous sommes tous peinés par ces morts, mais nous devons nous demander pourquoi un hélicoptère de la province se trouvait là."

La "promotion touristique" comme justification

Pour justifier ce "prêt", le gouverneur de la province de la Rioja Beder Herrera invoque des impératifs de "promotion touristique".

"Nous avons prêté l'hélicoptère à une entreprise de tourisme de la Rioja et ils ont couvert toutes les dépenses. On l'avait déjà fait d'autres fois, pour le Dakar et pour d'autres événements touristiques et, à chaque fois, ça ramenait beaucoup de public."

Le tourisme d'aventure est une manne pour le nord-ouest de l'Argentine. La région, quasi inaccessible pour le tourisme de masse en raison de son éloignement géographique et du budget nécessaire pour y aller, est devenue ces dernières années une zone incontournable des sportifs intrépides. En janvier déjà, le rallye Dakar avait traversé la région.

Le tournage de l'émission française "Dropped" s'inscrivait donc dans une logique promotionnelle d'une terre d'aventure. Mais cela justifiait-il de prêter un appareil dont la destination première est de remplir des missions sanitaires et de secours aux populations? C'est là toute la question. Trois élus de l'opposition argentine font valoir que la loi n'autorise pas ce genre de "prêts". En pointe sur le front de la contestation, le député Julio Martinez demande l'ouverture d'une enquête et aimerait savoir "s'il y a un contrat signé, quelque chose de légal" susceptible d'encadrer cette pratique.

David Namias