BFMTV

Le barrage géant du Brésil fustigé par les écologistes

BFMTV

Le barrage de Belo Monte sera le 3e plus grand au monde après Itaipu à la frontière entre le Brésil et le Paraguay, ainsi que les Trois-Gorges en Chine. Construction nécessaire au développement du pays selon les autorités, le projet connaît une opposition locale croissante.

La construction du barrage de Belo Monte a commencé il y a tout juste un an. L’objectif est de produire 11.200 mégawatts en 2019 dans ce qui deviendra la 3e plus grande centrale hydroélectrique au monde. "Dans dix ans on aura besoin d'augmenter notre capacité installée d'énergie électrique de 60%. La production des énergies permettra de réduire les inégalités sociales et établir des bases d'une croissance économique durable" comme l’explique la vidéo du projet.

Mais ce chantier à 13 milliards de dollars suscite de nombreuses inquiétudes. Le barrage inondera 500 km2. Dans un quartier pauvre à proximité du site, près de 6.000 personnes devront partir. A Altamira, la ville proche du barrage, la population a augmenté de 50%. Ecologistes et Indiens sont fermement opposés au projet.

"C'est un crime contre l'humanité"

Selon Antonia Melo, une des principales porte-parole du groupe Xingu Vivo regroupant écologistes et opposants au barrage : "C'est un crime contre l'humanité [...] Cela détruit des vies, l'environnement, la forêt, et contamine l'eau, qui est source de vie." Les indiens vivants sur les rives du Rio Xingu craignent une baisse des eaux, liée au creusement d'un canal et la disparition des poissons qui les font vivre.