BFMTV

Brésil: une collection d'objets nazis découverte chez un pédocriminel présumé

Photo diffusée par la police brésilienne montrant des uniformes nazis retrouvés au domicile d'un homme accusé de pédophilie à Rio de Janeiro, le 6 octobre 2021

Photo diffusée par la police brésilienne montrant des uniformes nazis retrouvés au domicile d'un homme accusé de pédophilie à Rio de Janeiro, le 6 octobre 2021 - - © 2019 AFP

Bustes d'Hitler, dagues, poignards... La police brésilienne a mis la main sur une collection d'objets nazis au domicile d'un pédocriminel présumé

La police de Rio de Janeiro a découvert une vaste collection d'objets, d'uniformes et de symboles nazis, ainsi que des armes, au domicile d'un présumé pédocriminel, selon des images diffusées mercredi par les autorités.

L'homme de 58 ans, Aylson Proenca Doyle Linhares, a été arrêté mardi, après avoir été accusé par un couple résidant près de chez lui à Rio d'avoir abusé de leur fils de 12 ans, a indiqué la police brésilienne.

Cartes du parti nazi et bustes d'Hitler

"Un matériel monstrueux" de référence nazie a été découvert dans sa résidence, a indiqué le commissaire Luís Armond: des centaines d'insignes, des documents, des uniformes, des drapeaux et même une carte de membre du parti nazi avec sa photo, a-t-il détaillé. Les images diffusées par la police montrent aussi des photos encadrées et des bustes de Hitler. Des dagues, des poignards et neuf armes à feu, dont un fusil et une mitrailleuse, ainsi qu'un grand nombre de munitions, ont été également saisis.

Doyle Linhares "a été accusé en flagrant délit de possession illégale d'armes, de racisme et de pédophilie" à la suite de la découverte de cette collection, qui comprenait des photos de mineurs, a précisé Luís Armond.

L'homme a estimé, devant les autorités, que sa collection valait entre "2,5 et 3 millions d'euros, bien que cela soit invérifiable", selon la même source. La police avait obtenu un mandat d'arrestation et de perquisition après une enquête révélant que Doyle Linhares avait tenté d'abuser d'au moins deux autres mineurs.

François de La Taille avec AFP