BFMTV

Tunisie: deux stars des médias arrêtées pour offense au président

Il s'agit des premières arrestations de ce genre depuis l'élection de Béji Caïd Essebsi, en décembre.

Il s'agit des premières arrestations de ce genre depuis l'élection de Béji Caïd Essebsi, en décembre. - Fethi Belaid - AFP

L'humoriste et le présentateur resteront en détention jusqu'à leur procès, le 25 mars. Le président Essebsi, élu en décembre, avait fait de la liberté d'expression un de ses thèmes de campagne.

L'animateur vedette de télévision, Moez Ben Gharbia, et l'humoriste Wassim Lahrissi, ont été arrêtés vendredi pour offense au président Béji Caïd Essebsi, a indiqué le parquet. "

Selon lui, les deux hommes ont été arrêtés pour avoir "commis une offense au chef de l'Etat, une escroquerie et s'être indûment attribués des titres".

"Le parquet a décidé de les placer en détention", a dit le porte-parole du parquet, Sofiène Sliti, indiquant qu'ils avaient "commis une offense au chef de l'Etat".

Premières arrestations de ce genre depuis les élections

"On n'entre pas dans les détails de l'affaire car c'est ce qu'exige le bon déroulement de l'enquête", a-t-il dit, en ne précisant pas si les délits dont sont accusés les deux hommes ont été commis dans le cadre de leurs activités médiatiques.

Ils resteront en détention jusqu'au début de leur procès le 25 mars, a ajouté le parquet. Il s'agit des premières arrestations du genre depuis l'élection présidentielle de décembre 2014.

A la suite (de l'annonce) de l'émission d'un mandat de dépôt contre Wassim Lahrissi et Moez Ben Gharbia, la présidence de la République clarifie le fait qu'elle n'a rien à voir avec les procédures judiciaires", a-t-elle indiqué dans un communiqué, assurant que le chef de l'Etat était "le principal garant" de la liberté de la presse et d'expression.

Les deux hommes auraient tenté de piéger un homme d'affaires

Selon la radio Mosaïque FM, qui emploie Wassim Lahrissi, surnommé Migalo, comme imitateur et humoriste, ce dernier se serait fait passer pour le chef de l'Etat lors d'un entretien téléphonique avec un homme d'affaires tunisien.

Cet homme d'affaires aurait précédemment demandé à M. Ben Gharbia d'intercéder en sa faveur auprès du président Caïd Essebsi.

Béji Caïd Essebsi, 88 ans, a été élu en décembre à la présidence. Ce vétéran de la scène politique tunisienne avait notamment servi comme ministre de l'Intérieur du père de l'indépendance tunisienne, Habib Bourguiba, et brièvement comme président du parlement sous le régime de Zine El Abidine Ben Ali, renversé par la révolution de janvier 2011. Il s'est toujours engagé à respecter la liberté d'expression acquise depuis le soulèvement.

J.S avec AFP