BFMTV

Nigeria: 71 morts et 124 blessés dans un double attentat à Abuja

L'attentat a eu lieu près de la capitale du Nigeria, Abuja.

L'attentat a eu lieu près de la capitale du Nigeria, Abuja. - -

L'explosion de bombes dans une gare routière près de la capitale du Nigeria, Abuja, a fait plus de 70 morts et une centaine de blessés. Les autorités soupçonnent les islamistes de Boko Haram.

Un double attentat à la bombe s'est produit lundi matin à l'heure de pointe dans une gare routière près de la capitale du Nigeria, Abuja, faisant "des dizaines de morts", selon un porte-parole des services de secours. Le dernier bilan s'élèverait à 71 morts et 124 blessés, selon la police.

"Il y a au total 71 morts et 124 blessés. (Les blessés) reçoivent des soins dans les hôpitaux à l'intérieur et autour" d'Abuja, a déclaré le porte-parole de la police Frank Mba aux journalistes sur les lieux.

Boko Haram soupçonné

La gare routière de Nyanya se situe à environ kilomètres au sud de la capitale fédérale et était utilisée par de nombreux passagers se rendant au travail lorsque les explosions se sont produites à 06h45 du matin (7h45 heure française).

"Nous avons pu transporter certains des morts à la morgue et des blessés ont été emmenés à l'hôpital", a déclaré Charles Otegbade, chef des secours à l'Agence nationale de gestion des urgences.

Les islamistes de Boko Haram n'ont pas revendiqué l'attentat mais les soupçons se portent sur le groupe. Abuja a déjà été la cible d'attaques des extrémistes qui réclament la création d'un Etat islamique dans le nord à majorité musulmane du pays, le plus peuple d'Afrique.

Le Nigeria impuissant?

Les explosions dont l'une provoquée par un véhicule à l'intérieur de la gare ont détruit une trentaine d'autres véhicules, des autobus pour la plupart, ont déclaré des responsables. La déflagration a laissé un trou de 1,2 mètres de profondeur dans le sol et projeté des lambeaux de chair.

Des échoppes ont été détruites ou endommagées et un épais nuage de fumée noire s'élevait de la gare. Selon Manzo Ezekiel, des témoins ont fait état de deux déflagrations distinctes au moment des explosions, alors qu'"il y avait tant de monde" à cet endroit à ce moment-là.

Le président nigérian Goodluck Jonathan était attendu à la gare de Nyanya, lundi. A un an des prochaines élections générales, il est très critiqué pour son impuissance face à Boko Haram. Les violences attribuées à ce groupe islamiste ont déjà fait plus de 1.500 morts depuis le début de l'année, selon Amnesty International, et plusieurs milliers de victimes depuis 2009.

A.L.M. et M. K. avec AFP