BFMTV

Mali: l'otage française Sophie Pétronin apparaît dans une nouvelle vidéo d'un groupe jihadiste

Sophie Pétronin, enlevée au Mali en 2016, sur une photo, non datée, diffusée par son comité de soutien

Sophie Pétronin, enlevée au Mali en 2016, sur une photo, non datée, diffusée par son comité de soutien - Handout - www.liberons-sophie.fr - AFP

La septuagénaire, enlevée au Mali le 24 décembre 2016, affirme dans cette vidéo qu'elle date du 7 juin dernier.

L'otage française Sophie Pétronin, enlevée au Mali fin 2016, apparaît dans une nouvelle vidéo dans laquelle elle s'adresse à son fils, diffusée par le "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans", selon SITE, un centre américain spécialisé dans la surveillance en ligne de la mouvance jihadiste. 

Dans cette vidéo, que rien ne permet de dater et qui dure environ sept minutes, Sophie Pétronin s'adresse à son fils Sébastien, dont elle écoute avec un téléphone portable une interview radio enregistrée. Elle s'adresse ensuite au gouvernement français puis au président Emmanuel Macron, en indiquant que la date d'enregistrement de cette vidéo est le 7 juin 2018. A la fin de l'enregistrement apparaît une religieuse colombienne, Gloria Cecilia Narvaez Argoti, enlevée en février 2017 au Mali, qui s'adresse en français au pape François.

Deux vidéos précédentes

Âgée de 75 ans, l'otage, qui dirigeait au Mali une association d'aide aux orphelins, a été enlevée à Gao, au nord du Mali, le 24 décembre 2016 par des hommes armés. Aucun groupe n'avait revendiqué le rapt, jusqu'à ce qu'en juillet 2017, la principale alliance jihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda, diffuse une vidéo montrant six étrangers enlevés au Mali et au Burkina Faso entre 2011 et 2017, dont Sophie Pétronin, qui dirigeait une association d'aide à l'enfance.

Début mars, le même groupe jihadiste avait déjà diffusé une vidéo, plus courte, dans laquelle la Française ne s'exprimait pas. Comme dans la seconde vidéo, on pouvait entendre en voix off un enregistrement du président français Emmanuel Macron répétant en boucle "Je vous protégerai".

J.C. avec AFP