BFMTV

Abou Zeid: les conséquences de sa mort pour Aqmi

Aqmi a perdu 600 combattants ces derniers mois, avec l'intervention de l'armée française au Mali.

Aqmi a perdu 600 combattants ces derniers mois, avec l'intervention de l'armée française au Mali. - -

Ce terroriste était l'un des fondateurs d'Aqmi. Sa mort probable pourrait avoir des conséquences importantes sur l'organisation terroriste. Décryptage.

Alors que la mort d’Abou Zeid n'est toujours pas confirmée par Paris, les spéculations vont bon train sur l'impact que pourrait avoir ce décès sur l'organisation terroriste. Mais l'organisation d'Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) ne repose pas sur un seul homme. Si elle pourrait être affaiblie par la perte d'un de ses chefs emblématiques, Aqmi se compose de plusieurs groupes, des cellules agissant de manière indépendante. Al-Quaïda au Maghreb islamique regrouperait au total quelque 2.300 djihadistes. L’attaque de la coalition emmenée par l’armée française cette semaine a donc coupé l’une de ces branches, mais une branche seulement.

600 hommes perdus en quelques mois

L'affaiblissement d'Aqmi provient tout autant de la perte d'au moins 600 combattants ces derniers mois, notamment dans les combats avec les troupes françaises. Et les renforts qu’attendaient ses dirigeants ne sont finalement pas arrivés.

Mais si Aqmi est fragilisée, le groupe dispose toujours d’un arsenal important avec les stocks d’armes récupérés des troupes de Kadhafi en Libye. Reste aussi le sort des otages occidentaux toujours détenus par Aqmi, dont quatre Français salariés d'Areva.

A LIRE AUSSI:

>> Abou Zeid, l'un des chefs les plus radicaux d'Aqmi

>> Antoine Basbous: "Abou Zeid est le petit Ben Laden de la France"

>> Mort d'Abou Zeid: le Tchad confirme, Paris reste prudent

D. N. et Cécile Bourgneuf et Marine Hay et Régis Desconclois