BFMTV

Mali: 4 soldats français de l'opération Barkhane blessés à Gao

L'écusson des soldats français de l'opération Barkhane au Sahel en décembre 2017 (photo d'illustration)

L'écusson des soldats français de l'opération Barkhane au Sahel en décembre 2017 (photo d'illustration) - Ludovic MARIN / AFP

Les soldats ont été blessés lors d'une attaque terroriste dans un quartier de Gao, principale ville du nord du Mali, a annoncé l'état-major français des armées.

Quatre soldats français de la force Barkhane ont été blessés dimanche lors d'une attaque terroriste dans un quartier de Gao, principale ville du nord du Mali, a annoncé l'état-major français des armées. Il y a eu "quatre blessés chez Barkhane" et au moins deux morts et une vingtaine de blessés chez les civils, a indiqué l'état-major. Selon les autorités maliennes citant un bilan provisoire de source hospitalière, cet attentat a fait quatre morts et 23 blessés parmi des civils.

"Des militaires francais de l'opération Barkhane sont tombés ce dimanche dans une embuscade tendue par des terroristes à la sortie qui mène vers la localité de Bourem", a déclaré la source militaire occidentale, confirmée par une source militaire malienne. "Des militaires français de la force Barkhane (4.000 hommes, NDLR) sont tombés ce dimanche dans une embuscade tendue par des terroristes à la sortie qui mène vers la localité de Bourem", avait déclaré auparavant une source militaire occidentale, information confirmée par une source militaire malienne.

Des civils tués

A Paris, l'armée française a assuré qu'aucun soldat français n'avait été tué dans cette attaque.

"Il n'y a pas de mort parmi les soldats français", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'état-major français des armées, le colonel Patrik Steiger.

La ministre française des Armées, Florence Parly, a déclaré dans un tweet que "le terrorisme a encore lâchement frappé au Mali". "Des civils ont perdu la vie et des militaires français sont blessés. Mes pensées vont aux victimes et à leurs proches. Je souhaite un prompt rétablissement à nos soldats. Notre détermination ne faiblit pas".

Cette attaque survient alors que le sommet de l'Union africaine s'est ouvert dimanche à Nouakchott, deux jours après un attentat suicide perpétré vendredi au Mali contre le QG de la force conjointe du G5 Sahel lancée en 2017, qui a fait trois morts, dont deux militaires de cette force.

J.B avec AFP