BFMTV

La France est-elle secrètement engagée en Libye?

A Benghazi, le 23 février.

A Benghazi, le 23 février. - Abdullah Doma - AFP

Alors que les jihadistes de Daesh gagnent du terrain en Libye, la France serait militairement engagée dans le pays, de façon officieuse, selon des révélations du Monde.

La France a-t-elle commencé à mener des opérations militaires contre Daesh en Libye? Mercredi, le quotidien Le Monde a fait état de la présence de forces spéciales et d'agents secrets français en Libye. Des révélations qui ont entraîné l'ouverture d'une "enquête pour compromission" du secret défense par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Frappes et opérations clandestines

Selon le journal, la France procéderait à des "frappes ponctuelles et très ciblées" sur le territoire libyen, préparées en amont de façon secrète. La présence de forces spéciales françaises dans l'est de la Libye aurait ainsi été repérée par des blogueurs spécialisés, explique Le Monde

Par ailleurs, le journal, qui dit se baser sur "plusieurs sources", que des opérations clandestines menées par le service action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) auraient également été mises en place pour lutter contre les jihadistes. Toutefois, ces actions ne préjugeraient pas d'une future opération officielle de la France, selon Le Monde.

Quelques heures après la publication de ces informations par Le Monde, le Premier ministre du gouvernement de Tripoli, non reconnu par la communauté internationale, a affirmé que des forces spéciales françaises "dirigeaient les combats" à Benghazi, dans l'Est de la Libye. "Il y a des forces commandos françaises (...) qui dirigent les combats en cours (à Benghazi) depuis un centre d'opérations sur la base de Benina", a affirmé Khalifa Ghweil dans un communiqué publié sur le site officiel du gouvernement de Tripoli.

Enquête pour compromission du secret-défense

En réaction à la publication de cet article, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a lancé une "enquête pour compromission" du secret-défense.

"L'enquête devra établir si des éléments relevant du secret défense ont été révélés dans cet article", a déclaré un proche du ministre. Sans se prononcer sur le contenu de l'article du journal Le Monde, l'entourage de Jean-Yves le Drian a estimé que "quand des opérations secrètes ont lieu, le but n'est pas qu'elles soient révélées pour la sécurité des hommes et des opérations."

A.S.