BFMTV

Italie: L'EI disposerait de 5.000 combattants en Libye

BFMTV

Après la France et les Etats-Unis, c'est désormais l'Italie qui s'exprime sur la montée en puissance de l'organisation djihadiste Etat islamique (EI) en Libye. Le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, a affirmé mercredi que l'EI disposait de 5.000 combattants en Libye, un chiffre situé dans la partie haute de la fourchette des récentes estimations.

"Je vois que Daesh", acronyme arabe de l'EI, "est en train de se consolider en Libye", a dit le ministre devant le Sénat italien. "Il y a aujourd'hui 5.000 combattants de Daesh, concentrés dans la région de Syrte mais capables d'accomplir des incursions dangereuses" à l'ouest comme à l'est, a ajouté le chef de la diplomatie italienne.

Selon des sources françaises et américaines, l'EI compte 3.000 à 5.000 combattants en Libye, dont des centaines de Tunisiens, Soudanais, Yéménites ainsi que des Nigérians de Boko Haram venant se former avant de repartir frapper ailleurs.

Les djihadistes de l'EI ont par ailleurs mené une attaque spectaculaire et sans précédent lundi contre la ville tunisienne de Ben Guerdane, proche de la frontière avec la Libye. Cinquante-cinq personnes ont été tuées au cours de ces combats, dont 36 extrémistes, selon un bilan fourni par le Premier ministre tunisien Habib Essid.

M. Gentiloni, dont le pays, en première ligne en raison de sa proximité de la Libye, est pressenti pour guider une force internationale visant à endiguer l'EI et sécuriser le pays, a une nouvelle fois réitéré les conditions d'un tel engagement.

"Nous travaillons pour pouvoir répondre à une éventuelle demande de sécurité du gouvernement libyen, rien de plus et rien de moins, dans le respect de la constitution et uniquement après le feu vert du parlement" italien, a souligné le ministre.

Rome a cependant récemment permis aux Etats-Unis de déployer des drones dans une base aérienne en Sicile et a préparé un contingent de 50 soldats d'élite qui peuvent sans préavis passer sous commandement des services secrets et opérer en Libye, selon la presse nationale.

la rédaction avec AFP