BFMTV

Morsi destitué en Egypte: ce qu'il faut retenir

Les annonces de l'armée ont entraîné des scènes de liesse, dans les rues du Caire.

Les annonces de l'armée ont entraîné des scènes de liesse, dans les rues du Caire. - -

L'armée égyptienne a renversé mercredi soir le président islamiste Mohamed Morsi, le remplaçant par le président du conseil constitutionnel jusqu'à la tenue d'une présidentielle anticipée. BFMTV.com fait le point sur les évènements.

Que s'est-il passé ce mercredi?

L'ultimatum lancé par l'armée au président islamiste Mohamed Morsi, au pouvoir depuis un an, est arrivé à expiration ce mercredi après-midi.

L'armée a alors déployé massivement ses blindés aux abords des rassemblements pro-Morsi au Caire alors que des dizaines de milliers d'anti-Morsi se sont massés place Tahrir et dans d'autres villes.

Dans la soirée, le général Sissi a annoncé que le président du Conseil constitutionnel, Adly Mansour, prendrait la direction du pays jusqu'à la tenue d'une présidentielle anticipée, écartant de fait le président Morsi.

Il a annoncé également la suspension de la Constitution, dans une allocution télévisée, entouré des principaux chefs religieux du pays et du représentant de l'opposition Mohammed ElBaradei. Celui-ci a estimé que ces mesures "répondent aux aspirations du peuple".

Qui est au pouvoir aujourd'hui?

La situation est particulièrement floue. Si Mohamed Morsi proclame toujours être "le président élu de l’Egypte", l’armée, elle, a tranché: le président du Conseil constitutionnel, Adly Mansour, sera président par intérim, jusqu'à ce que des élections anticipées soient organisées.

Réagissant à son éviction, Mohamed Morsi a appelé les Egyptiens à résister "pacifiquement". Il a demandé au peuple de défendre sa légitimité et a qualifié sa mise à l'écart de "coup d'état".

Comment ont réagi les Égyptiens?

Dans les rues du Caire, les anti-Morsi étaient en liesse après les annonces de l'armée. Des centaines de milliers de personnes rassemblées place Tahrir et dans les environs ont laissé éclater leur joie tandis que de nombreux lasers verts ont illuminé le ciel.

Mais tous les Egyptiens ne se réjouissent pas de cet évènement. Des heurts ont éclaté entre pro et anti-Morsi. Au moins quatre personnes ont été tuées dans des affrontements entre pro-Morsi et policiers, au Caire.

A quoi faut-il s'attendre dans les prochains jours?

Le président par intérim, Adly Mansour, prendra ses fonctions dès jeudi. Des consultations pour la formation du nouveau gouvernement vont être menées mais le calendrier des élections anticipées n'est pas encore connu.

Les affrontements entre pro et anti-Morsi pourraient prendre de l’ampleur. Les réactions internationales sont pour le moment assez discrètes. Les Etats-Unis ont ordonné mercredi l'évacuation de leur ambassade au Caire en Egypte, quelques heures après le renversement du président Morsi par l'armée. La France n’a pour le moment pas pris une telle décision.

"La France prend acte de l'annonce de nouvelles élections en Egypte après une période de transition et souhaite que le peuple égyptien puisse choisir librement ses dirigeants et son avenir", a déclaré le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius.

Emmanuel Bringuier