BFMTV

Egypte: des partisans pro-Morsi tués à balles réelles au Caire

La police et les manifestants pro-Morsi se sont affrontés, samedi, en pleine nuit jusqu'à l'aube.

La police et les manifestants pro-Morsi se sont affrontés, samedi, en pleine nuit jusqu'à l'aube. - -

De nouveaux heurts ont éclaté samedi entre partisans du président déchu Mohamed Morsi et policiers, faisant 72 morts et près de 1.000 blessés selon les Frères musulmans, moins selon le ministère de la Santé.

De terribles affrontements ont eu lieu dans la nuit jusqu'à l'aube entre partisans du président déchu Mohamed Morsi et policiers, sur la route de l'aéroport du Caire. Selon les Frères musulmans, au moins 72 pro-Morsi ont été tués. Le ministère de la Santé évoque pour le moment un bilan de 20 morts et 177 blessés admis dans un hôpital d'Etat.

L'hôpital de campagne installé par les partisans de Mohamed Morsi à la mosquée Rabaa al-Adawiya, dans le faubourg de Nasr City, dans le nord-est du Caire, a fait état de 72 morts et 1.000 blessés. Sur place, un journaliste de l'AFP a pu constater la présence de 37 cadavres, alignés dans la morgue improvisée de l'hôpital. "Tous ont été tués par des tirs de balles réelles", a expliqué une médecin de l'hôpital, le docteur Amal Ahmad Ibrahim.

Le directeur de l'établissement, le Dr Hicham Ibrahim, cité par Mena a précisé que la majorité des morts avaient été atteints par balles à la tête et à la poitrine. Il a indiqué que l'hôpital souffrait d'une carence d'équipements médicaux en raison du grand nombre de blessés et a appelé à l'envoi d'ambulances pour les transporter vers les établissements hôpitaux proches.

Mohamed Morsi en détention préventive

Les heurts ont éclaté à l'aube entre manifestants tentant de bloquer un pont routier et policiers qui ont échangé jets de pierres et tirs de gaz lacrymogènes, a indiqué Mena, ajoutant que des tirs de chevrotine d'origine inconnue ont été entendus, au lendemain de manifestations rivales qui avaient fait quelque sept morts à Alexandrie.

Samedi, la France a appellé "toutes les parties, et notamment l'armée, à la plus grande retenue" en Egypte. "La France déplore le bilan déjà très lourd des heurts en Egypte. Elle appelle toutes les parties, et notamment l'armée, à faire preuve de la plus grande retenue", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay Philippe Lalliot.

Ces nouvelles violences interviennent alors que les autorités égyptiennes de transition ont ordonné la mise en détention préventive du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, renversé le 3 juillet par l'armée, et promis de mettre bientôt fin aux campements de ses partisans.

A. G. avec AFP