BFMTV

Centrafrique: trois religieux implorent l'ONU d'agir vite

Des soldats dans les rues de Bangui, le 5 décembre.

Des soldats dans les rues de Bangui, le 5 décembre. - -

Trois religieux centrafricains, un archevêque, un imam et un pasteur, ont écrit une lettre aux Nations unies, afin de leur demander d'intervenir "le plus rapidement possible" pour mettre un terme aux massacres qui ravagent le pays.

Face au chaos, des religieux centrafricains lancent un cri d'alarme. L'archevêque Dieudonné Nzapalainga, l'imam Oumar Kobine Layama et le pasteur protestant Nicolas Guérékoyanne-Gbangou ont décidé d'adresser une lettre à l'ONU, afin de convaincre et presser la communauté internationale d'intervenir sur place, alors que la Centrafrique s'enfonce chaque jour un peu plus dans le chaos, rapporte Le Parisien, ce jeudi.

"Situation dramatique et alarmante"

Dans leur lettre, adressée aux membres du Conseil de sécurité des Nations unies, qui doit se prononcer ce jeudi sur une intervention militaire française sur place, les trois religieux, qui parcourent le pays depuis plusieurs mois pour appeler les populations au calme et à rétablir la paix affirment n'avoir "jamais vu une situation aussi dramatique et alarmante".

"Des crimes haineux sont commis par différents groupes armés. Meurtres, viols, pillages, destruction d'habitations: 400.000 personnes ont été déplacées à cause de la violence et n'ont accès ni à l'eau potable ni à aucune forme d'aide humanitaire", écrivent ainsi les trois hommes selon Le Parisien, qui a pu consulter le courrier. Ce dernier s'achève par la demande claire d'un déploiement "le plus rapidement possible" de la force française.

A.S.