BFMTV

Aqmi affirme que les otages français sont vivants

-

- - -

Dans un communiqué, Al Qaïda au Maghreb islamique affirme que ses huit otages européens "sont en vie". L'organisation devrait diffuser "prochainement une nouvelle vidéo".

Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a publié samedi un communiqué dans lequel il affirme que les huit otages européens qu'il détient "sont en vie". L'organisation a ajouté qu'elle allait diffuser "prochainement une nouvelle vidéo" des otages français qu'elle détient.

Aucune précision n'était disponible immédiatement sur l'identité exacte des otages autres que les cinq français détenus par Aqmi.

Samedi, 1.000 jours après leur enlèvement, les proches des quatre détenus français au Sahel se sont rassemblés dans plusieurs villes de France, comme Paris, Nîmes, Nantes et Orléans.

Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret avaient été enlevés le 16 septembre 2010 au Niger par Aqmi. Françoise Larribe, l'épouse de Daniel, avait été capturée en même temps que lui mais avait été libérée en février 2011.

Un message aux familles

"Nous voulons assurer les familles et les parents des otages de la sécurité de leurs enfants (...) Nous allons diffuser bientôt, si Dieu le veut, une nouvelle vidéo qui montre les cinq otages Français", poursuit l'organisation dans son communiqué publié par plusieurs sites jihadistes.

Un cinquième otage français, Serge Lazarevic, enlevé en novembre 2011 à Hombori (nord-est du Mali), reste également détenu par Aqmi.

Dans la nuit du 24 novembre 2011, Philippe Verdon et Serge Lazarevic avaient été enlevés dans leur hôtel à Hombori (nord-est du Mali). Ils étaient en voyage d'affaires pour un projet de cimenterie, selon leurs proches, qui ont démenti tout lien avec des mercenaires ou des services secrets.

"Provocation du gouvernement français"

Le président François Hollande avait rappelé à la mi-mai que quatre otages enlevés au Niger (les otages d'Arlit) étaient détenus par Aqmi ainsi que deux autres (les otages d'Hombori), "dont l'un, M. Verdon, est revendiqué comme mort par ses ravisseurs sans que nous en ayons la preuve".

Le président français avait indiqué à cette occasion que la France était prête à reprendre tous les contacts interrompus après l'intervention au Mali pour favoriser la libération des otages détenus.

Dans son communiqué, Aqmi ajoute que "bien que nous étions, durant près de trois ans, ouvert aux négociations et que nos exigences étaient claires et légitimes, la réaction du gouvernement français était parfois le rejet et parfois l'indifférence ou la provocation".

Des proches des otages portent plainte

Mille jours après leur enlèvement, les proches des quatre otages détenus au Sahel se sont rassemblés samedi simultanément dans plusieurs villes de France, au lendemain de la plainte de l'une des familles pour dénoncer de possibles manquements à la sécurité de leur employeur au Niger, une initiative qui divise.

Plus tôt dans la matinée, Me Morice, avocat du père et du frère de Pierre Legrand, Alain et Clément Legrand, avait souligné que leur plainte, déposée la veille, constituait une "étape supplémentaire, qui permettra de conduire à la désignation de magistrats instructeurs qui deviendront les interlocuteurs des familles".

Cette plainte vise à obtenir des informations sur la détention de Pierre Legrand et à dénoncer de possibles manquements à la sécurité d'Areva et d'une filiale de Vinci, son employeur. Elle marque, a souligné Me Morice, l'"exaspération de la famille Legrand face à l'inertie des pouvoirs publics".

Sipa Media avec AFP