BFMTV

Afghanistan: Daesh revendique l'attentat kamikaze qui a fait au moins 63 morts à Kaboul

L'attentat kamikaze a eu lieu lors d'un mariage, avec plus de 1000 invités. Le chef de l'exécutif Abdullah Abdullah évoque une "attaque odieuse et inhumaine".

Un attentat kamikaze revendiqué par Daesh a fait au moins 63 morts et blessé 182 personnes samedi soir lors des festivités autour d'un mariage à Kaboul. 

"Parmi les victimes il y a des femmes et des enfants", a affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi selon lequel l'attentat est l'oeuvre d'un "kamikaze".

"Une scène de massacre"

"Les participants dansaient et faisaient la fête quand l'explosion s'est produite" peu avant 23 heures, a témoigné un invité blessé par des éclats aux bras et à l'abdomen.

"C'était le chaos, une scène de massacre et de carnage", a dit d'une voix tremblante un autre blessé de 22 ans, interrogé sur son lit d'hôpital. Selon Hameed Quresh, qui a perdu un de ses frères dans l'explosion, plus de 1000 personnes participaient aux festivités.

L'attentat a été revendiqué dimanche après-midi par la branche afghane de Daesh. "Le frère kamikaze (...) a réussi à atteindre un grand regroupement d'apostats", a écrit le groupe djihadiste sur son compte Telegram.

Les talibans, qui livrent une guerre d'insurrection depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir en 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, ont rapidement nié toute implication.

Daesh, des islamistes radicaux sunnites, a pris à plusieurs reprises pour cible la communauté chiite d'Afghanistan, dont les familles des mariés faisaient partie.

Les talibans, "plateforme aux terroristes"

"Les talibans ne peuvent s'exonérer de tout blâme car ils servent de plate-forme aux terroristes", a réagi le président Ashraf Ghani, qualifiant l'attentat de "barbare" alors qu'il s'apprête à célébrer lundi le centaine de l'indépendance afghane vis-à-vis de l'influence britannique.

"Ils ont changé mon bonheur en chagrin. J'ai perdu mon frère, mes amis, ma famille. Je ne pourrai plus jamais être heureux", a témoigné auprès de la télévision locale le marié, prénommé Mirwais.

"Hier après-midi, les invités sont venus à mon mariage avec des visages souriants, le soir, on sortait leurs corps de la salle" de mariage, s'est-il désolé, indiquant que sa femme "ne cesse de s'évanouir".

Attaque "odieuse"

Au petit matin, dans la salle aux vitres soufflées et au plafond effondré, témoins de la violence de l'explosion, le sol était maculé de sang. Des chaussures laissées là dans la panique étaient empilées devant l'entrée. 

Des enterrements étaient immédiatement organisés dans les cimetières de la ville, selon des images de la télévision locale montrant des proches mettant en terre 14 membres d'une même famille.

De nombreux messages de condamnations ont afflué des ambassades présentes en Afghanistan, des missions de l'Otan et de l'ONU. Le chef de l'exécutif Abdullah Abdullah a déclaré que "cette attaque odieuse et inhumaine est bien un crime contre l'humanité".

E.P avec AFP