BFMTV

Pourquoi Paris vit un pic de pollution alors que les Parisiens et leurs voitures sont partis en vacances

Paris est de nouveau en proie à un pic de pollution important. Malgré le fait que la capitale se soit vidée pour les fêtes, générant une circulation moins dense, la région francilienne souffre toujours d'un épisode de pollution atmosphérique.

La mairie de Paris a indiqué mercredi dans un communiqué que le stationnement résidentiel serait gratuit ce jeudi en raison d'un nouveau pic de pollution. Selon Airparif, la situation devrait même empirer vendredi. Mais comment se fait-il qu'un tel pic intervienne au moment même où les Parisiens ont déserté la capitale à l'occasion des fêtes?

Pour Loic Rivieres, journaliste météo de BFMTV, "on circule un peu moins à Paris en ce moment. Mais, s'il n'y avait que la circulation qui provoquait cette pollution, on aurait déjà toutes les solutions". Il affirme donc qu'il faut prêter attention à d'autres facteurs tout aussi déterminants. "Il faut compter également l'énergie, l'agriculture et le chauffage au bois. On surchauffe nos logements en ce moment, du coup la concentration en particules fines augmente très sérieusement", explique-t-il.

L'air chaud, une chape qui bloque la pollution au sol

Les conditions météo sont également décisives en matière de pollution. Les nuits très froides refroidissent le sol et succèdent à une atmosphère assez chaude. L'air plus chaud au-dessus de nous agit comme une chape qui bloque la pollution au sol et l'empêche ainsi de se disperser.

"Il fait trop beau en ce moment, il fait froid, on a assez peu de vent et on a un anticyclone très puissant à 1.040 hectopascals à Paris. C'est une pression proche des records, une vraie chape de plomb. Cet anticyclone plaque les particules fines à une centaine de mètres du sol, on les respire à pleins poumons. Du coup, l'indice de pollution est très mauvais à Paris aujourd'hui, de niveau 7 sur 10. Et, la qualité de l'air est médiocre également sur une bonne partie du pays", explique Loic Rivieres.

Le pic de pollution n'est donc pas uniquement parisien. "Si on va du côté des Alpes, dans la vallée de l'Arve, l'épisode de pollution dure depuis près d'un mois déjà du côté de Chamonix", déplore le journaliste météo.

Une perturbation attendue samedi 

En ce qui concerne les prévisions météo des prochains jours, les concentrations vont augmenter ce jeudi du côté de la Garonne. Demain, "la qualité de l'air va encore se dégrader dans le nord-ouest cette fois-ci et à nouveau sur les bords de Seine". "Tant que nous sommes bloqués sous l'anticyclone, tant que nous vivons sous cloche, cette pollution va persister et ce sera le cas probablement jusqu'à la fin de l'année donc au moins jusqu'à samedi".

Il faudra attendre la soirée de samedi pour qu'une nouvelle perturbation arrive par les bords de manche. "Elle va traverser dimanche et lundi surtout elle va balayer les régions du nord. Elle donnera quelques pluies, parfois de la neige dans le nord-est, mais surtout ça va brasser la masse d'air et les polluants vont pouvoir se disperser donc probablement en début d'année prochaine donc en début de semaine prochaine".

Astrid Landon