BFMTV

Nicolas Hulot sur 2017: "Etre candidat n'est pas la seule option"

Nicolas Hulot va-t-il se présenter à l'élection présidentielle de 2017? L'ancien envoyé spécial pour la protection de la planète se laisse le temps de la réflexion, et promet d'abattre ses cartes "avant la fin de l'année".

"Je prends le plus de temps possible pour réfléchir". Sur son éventuelle candidature à l'élection présidentielle de 2017, Nicolas Hulot entretient le suspense.

"Je ne refuse pas d'être candidat, mais je ne me suis pas encore décidé", répond l'écologiste préféré des Français, ce vendredi sur BFMTV et RMC, promettant de sortir du bois "avant la fin de l'année".

"Ce n'est pas de l'hésitation, c'est de la réflexion. Et je pense même que c'est de la responsabilité", se justifie Nicolas Hulot, alors que beaucoup, au sein d'Europe Ecologie-Les Verts, pousseraient pour qu'il se présente en 2017. 

Peser sur la campagne

Une chose est sûre, Nicolas Hulot s'est déjà constitué une équipe. "J'ai agrégé un certain nombre de personnes qui auraient voulu me voir prendre des initiatives. D'abord pour les faire travailler sur un certain nombre d'ambitions et pour voir comment nous pouvons créer un réseau", explique Nicolas Hulot. Objectif: peser sur la campagne. 

"Etre candidat n'est pas la seule option", assure l'écologiste, qui promet d'abattre ses cartes "avant la fin de l'année". "Je prendrai le plus de temps possible, compte tenu de la complexité du travail", prévient-il.

"C'est tellement cruel la politique"

N'a-t-il pas peur de se lancer dans la bataille?

"Si on désespère de ne pas pouvoir s'identifier, rêver derrière quelqu'un, c'est parce que c'est tellement cruel la politique", répond Nicolas Hulot. "Ce ne sont pas les même qualités requises pour pouvoir émerger que pour pouvoir gouverner", développe-t-il.

"Des hommes et des femmes de qualité dans ce monde, il y en a beaucoup. Ils sont probablement dissuadés par avance de se présenter, parce qu'ils savent combien ça va être cruel", ajoute l'ex-animateur télé, qui, malgré la bonne image dont il jouit dans l'opinion, peine à obtenir la confiance des Français pour briguer l'Elysée.