BFMTV

Les SeaBubbles vont pouvoir naviguer sur la Seine à 40 km/h

Les SeaBubbles vont pouvoir naviguer sur la Seine au printemps prochain

Les SeaBubbles vont pouvoir naviguer sur la Seine au printemps prochain - Lionel BONAVENTURE / AFP

Le co-fondateur de SeaBubbles, Alain Thébault, a annoncé avoir obtenu un accord de principe pour permettre à ces taxis volants sur l'eau de naviguer à une vitesse de 25 noeuds sur la Seine. Il espère lancer la première ligne au printemps 2019.

Sur Twitter, l’ancien skipper Alain Thébault n’a pas dissimulé son enthousiasme. Ce mercredi, le co-fondateur de la start-up SeaBubbles a obtenu un "accord de principe pour libérer la vitesse de navigation sur la Seine", rapporte RTL.

Autrement dit, les SeaBubbles, semblables à des taxis volants sur l’eau, devraient pouvoir naviguer sur le fleuve francilien dès le printemps prochain à une vitesse de 25 nœuds, soit environ 40 km/h. De quoi permettre à ces "bulles" d'être suffisamment propulsées pour se soulever au-dessus de l'eau sans que cela n'engendre ni vague, ni bruit. 

Une ligne Trocadéro-Gare de Lyon

"Tout le monde va dans le même sens. Il y a une vraie prise de conscience des enjeux climatiques. Nous sommes sensibles au fait que c’est un décision collective", a expliqué Alain Thébault à la radio. Il faut dire que les négociations ont réuni un certain nombre d'acteurs, à commencer par la mairie de Paris, la préfecture de Paris, le Port de Paris, les Voies navigables de France mais également le ministère des Transports.

La première ligne de SeaBubbles devrait relier le Trocadéro à la Gare de Lyon avec 15 à 20 bulles en circulation, chacune étant capable de transporter entre quatre et cinq passagers. Si les fondateurs de SeaBubbles prévoient d'assurer le fonctionnement de la ligne dans un premier temps, cette dernière devrait ensuite être confiée à des opérateurs. Paris City Vision, G7 Green ou Uber ont déjà fait savoir leur intérêt.

P.L