BFMTV

Sea Bubbles: les "taxis volants" mis à l'eau pour la première fois sur la Seine

Un premier prototype de Sea Bubble a été testé sur la Seine mercredi à Paris. Ces petites embarcations qui survolent l'eau à quelques centimètres pourraient devenir les taxis du futur.

Première mise à l'eau réussie sur la Seine pour les Sea Bubbles. Un prototype a réussi à naviguer sans encombre mercredi sur le fleuve parisien. Ce premier test effectué à Paris intervient à l'occasion de la présentation de ce véhicule du futur à VivaTech, le salon des innovations qui se tient jusqu'à 17 juin porte de Versailles. 

Alimentées par un moteur électrique situé dans la coque, les Sea Bubbles reposent sur le même principe que l'hydroptère qui navigue hors de l'eau grâce à des ailes immergées.

"Ca fait la taille d'une voiture, le poids d'une voiture et au-dessous vous avez des ailes qui sont dans l'eau. A l'arrêt le Bubble est posé sur l'eau et avec la vitesse, ces ailes sustentent le Bubble et donc vous réduisez la résistance à l'avancement d'environ 30 à 40% de frein en moins par rapport à un bateau de taille équivalente", explique à BFM Paris le navigateur Alain Thébault, l'inventeur du concept.

Des tests publics en septembre

Après ce premier test effectué mercredi, des démonstrations avec le public auront lieu entre le 20 et le 30 septembre prochain. Un dock permettant de les recharger sera installé "au pied du musée d'Orsay" annonce Alain Thébault. 

L'idée de navigateur est de pouvoir à terme utiliser les Sea Bubbles comme des taxis fluviaux que les utilisateurs pourraient commander grâce à une application mobile. Alain Thébault voit en son invention une nouvelle alternative de transport dans des villes saturées par les voitures. 

"On a des demandes du monde entier, mais de fait la problématique est la même dans toutes les villes. A Paris, on ne peut pas continuer à avoir toutes ces voitures sur les quais, il faut se réapproprier le fleuve. Dans le respect des gens du fleuve, il y a de la place pour les bateaux-mouches et aussi pour des Bubbles", insiste-il.

Des docks alimentés par l'énergie du fleuve

Le concepteur des Sea Bubbles met en avant l'aspect écologique de ses bulles volantes. Les docks accueillants les navettes puisent leur énergie dans le fleuve avec des hydroliennes qui permettent de recharger les batteries. 

Sollicité par des villes comme Miami ou Dubaï, Alain Thébault espère que les Sea Bubble seront mises en service à plus grande échelle à Paris. Désormais, "ça dépend de Madame Hidalgo et de Madame Pécresse principalement", explique-t-il. La maire de Paris a dès le début apporté son soutien au projet de Sea Bubbles souhaitant faire de Paris la première ville à les expérimenter.

Carole Blanchard