BFM Business

Les Sea Bubbles, une solution aux embouteillages à Paris?

Les embouteillages et la pollution sont devenus des enjeux à Paris. Des problématiques sur lesquelles l'inventeur des Sea Bubbles pense pouvoir agir, en proposant des voitures "volantes" électriques qui seront bientôt testées sur la Seine.

La phase de test approche pour les Sea Bubbles. Au printemps prochain, ces véhicules électriques capables de "voler" au-dessus de l'eau seront testées sur la Seine. A l'heure où les voitures ont disparu des voies sur berge, Alain Thébault leur inventeur rêve de voir ses taxis volants se généraliser comme mode de transport du quotidien.

"On a un problème de pollution, de gaz d'échappement sur les quais. Les quais sont congestionnés, saturés. Et l'eau, les fleuves, les baies, les lacs restent disponibles", explique-t-il.

Associé au véliplanchiste Anders Bringdal, il espère que ses Sea Bubbles prendront bientôt toute leur place à Paris. "On a imaginé avec Anders et nos ingénieurs aéronautiques de dessiner une bulle de la taille d'une voiture avec un pilote et 4 passagers, et reposant sur ce principe des ailes immergées qui permettent à vitesse de décoler", décrit-il. Un principe qu'il avait déjà utilisé pour la conception de l'Hydroptère, un catamaran qui vole lui aussi au-dessus de l'eau grâce à sa vitesse. 

Un projet soutenu par la municipalité

Ces drôles d'embarcations de 4 mètres de long et 3 mètres de large ont reçu le soutien de la municipalité. Anne Hidalgo a donné son feu vert à l'expérimentation des Sea Bubbles à Paris. Un véhicule qui pourrait constituer un nouveau mode de transport alternatif propre.

Si l'expérience est concluante après la phase de test, les Sea Bubbles pourront se réserver grâce à une application.

"Vous êtes par exemple devant le Louvre, vous voulez vous rendre à la Tour Eiffel, vous commandez votre bulle. C'est un peu le principe de Uber, mais la grande différence, c'est qu'on ne rejette pas de gaz d'échappement et on est sur l'eau. C'est un peu un tapis volant", plaide Alain Thébault. 

Outre Paris, les départements des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne sont eux aussi intéressés par ce taxi fluvial. D'autres villes comme Melbourne, Sydney, Miami et Londres ont aussi fait par de leur intérêt pour les bulles volantes électriques.

C. B avec Maïmouna Barry et Alexis Pluyette