BFMTV

La couche de glace la plus solide de l'Arctique se fracture pour la première fois

L'année 2018 a été la deuxième plus chaude mesurée en Arctique depuis 1900.

L'année 2018 a été la deuxième plus chaude mesurée en Arctique depuis 1900. - PIERRE-HENRY DESHAYES / AFP

Une hausse des températures particulièrement importante a causé une rupture dans la glace au nord de la côte groenlandaise. C'est la deuxième fois cette année, phénomène qui n'avait jamais été observé auparavant.

C'est un phénomène inquiétant auquel ont pu assister les scientifiques qui surveillent les glaces polaires, comme le rapporte le Guardian. Dans l'Arctique, au nord du Groenland, la plus vieille et plus épaisse couche de glace a commencé à se briser. Habituellement, cette zone polaire reste pourtant figée toute l'année, y compris pendant les mois les plus chauds de l'été. Et pourtant, c'est la deuxième fois cette année que ce phénomène se produit, alors qu'il n'avait jamais été observé auparavant.

En cause selon les scientifiques: une vague de chaleur sans précédent causée par le changement climatique, associée à des vents chauds. En février et au début août, des pics de température anormalement élevés ont ainsi été recensés. Ils auraient fragilisé la glace qui n'aurait dès lors pas pu résister aux vents chauds qui ont suivi.

Phénomène "effrayant"

Cité par le journal, un météorologue décrit cet épisode comme "effrayant". D'autres disent qu'il pourrait remettre en cause l'idée selon laquelle cette zone serait le dernier bastion de glace permanente à supporter le réchauffement des températures. "La quasi totalité de la glace au nord du Groenland est partiellement brisée et donc mobile", explique Ruth Mottram, une chercheuse de l'Institut danois de météorologie.

"L'ouverture des eaux au large de la côte nord du Groenland est inhabituelle. Cette zone a souvent été appelée "la dernière zone de glace" car il a été suggéré qu'elle serait la dernière mer gelée pérenne dans l'Arctique. Les événements de la semaine passée suggèrent en fait que la dernière zone gelée serait plus loin à l'ouest".

Le mal est fait

La glace de cette partie du cercle polaire est particulièrement compacte en temps normal. Cela s'explique par l'effet du courant de dérive transpolaire, qui entraîne la glace depuis la Sibérie à travers l'Arctique, où elle finit par s'entasser. D'après Thomas Lavergne, scientifique à l'Institut norvégien de météorologie, l'éclatement de cette couche glacée laisserait pénétrer une eau plus chaude le long de la côte, repoussant la glace et accélérant le processus.

"Je ne peux pas dire combien de temps cette ouverture va demeurer, mais quand bien même elle se refermerait dans quelques jours, le mal sera fait: l'épaisse couche de glace plus âgée aura été éloignée de la côte, jusqu'à une zone où elle fondra plus facilement", explique-t-il.

Dans une animation qu'il relaie sur son compte Twitter, on voit clairement un long bras de mer, en bleu, progressivement s'interposer entre la couche de glace jaune orangée et la côte.

Une vague de chaleur anormale

En février, la station météo locale Kap Morris Jesup enregistre en général des températures en dessous de -20 degrés. Cette année, des températures au-dessus du seuil de glaciation ont été enregistrés pendant dix jours, accompagnées de vents chauds. La glace s'était alors fracturée une première fois. Début août, un record historique de chaleur a été enregistré, avec pas moins de 17 degrés. Causant ainsi une réouverture de la fissure déjà provoquée.

Les scientifiques s'alarment de ces changements brutaux de températures. Ils craignent qu'ils soient le signe d'une érosion du vortex polaire, phénomène météorologique qui maintient la zone dans des températures froides propices au maintien de la couche de glace. Le Gulf Stream, courant séparant l'eau chaude et l'eau froide dans les océans, est également à son plus bas depuis quelque 1600 ans. Avec ce ralentissement de la circulation de l'air et de l'eau, les événements climatiques tendent à durer plus longtemps, et donc à avoir un impact plus puissant.

Louis Dubouis