BFMTV

Le réchauffement climatique à l'origine des très violents ouragans Irma et Maria? Pas si sûr

L'océan agité à Basse-Terre, en Guadeloupe, quelques heures avant l'arrivée de l'ouragan Maria, le 18 septembre 2017.

L'océan agité à Basse-Terre, en Guadeloupe, quelques heures avant l'arrivée de l'ouragan Maria, le 18 septembre 2017. - Cedric Isham Calvados - AFP

Rien n'est jamais si simple en matière de climat. Ainsi, la violence des ouragans qui ont si durement frappé les Antilles admet une autre explication que le seul réchauffement global.

Le réchauffement climatique dont la pertinence du concept a été démontrée par les experts du GIEC est pour la plupart un fait scientifique admis. Mais sait-on bien en interpréter les signes?

L'hypothèse la plus largement répandue veut que les Irma, Maria et Jose qui ont frappé les Antilles et la côte sud-ouest des Etats-Unis aient été favorisés par la présence d'eaux anormalement chaudes dans cette région de l'Atlantique. Ce n'est donc pas tant la fréquence de ces phénomènes que leur force - Irma a battu des records d'intensité et de longévité cumulées - qui serait une manifestation tangible du réchauffement climatique à l'œuvre. Sauf qu'une autre explication est plausible.

"Oscillation atlantique multidécennale"

Dans Le Parisien, Fabrice Chauvin, du Centre national de recherche météorologique convient que cette année 2017 est exceptionnelle en matière de cyclones, mais sans y voir une conséquence directe du réchauffement. Le suspect invoqué se nomme "oscillation multidécennale Atlantique". Le phénomène bien documenté consiste en une variation de la température tous les 25-30 ans. Par alternance, les eaux sont tantôt plus chaudes, tantôt plus froides que la moyenne dans cette région.

Ce phénomène est dû, explique le scientifique, "aux courants des océans". D'ajouter: "Comme on arrive au bout d'un cycle, les trente prochaines années devaient être marquées par des eaux plus froides dans cette partie de l'Atlantique. Il devait donc, statistiquement y avoir moins de cyclones, réchauffement ou non."

Reste, pour compliquer encore un peu le tableau, qu'il est exact que le réchauffement climatique contribuera à terme, à produire des ouragans plus intenses et plus dévastateurs.