BFMTV

COP 21: la France appelle à un compromis sur le climat "dès maintenant"

Nicolas Hulot reçu à l'Elysée par François Hollande pour préparer la Conférence climat de Paris, en février dernier.François Hollande et Arnold Schwarzenegger se retrouvent ce mardi pour le "sommet des consciences".

Nicolas Hulot reçu à l'Elysée par François Hollande pour préparer la Conférence climat de Paris, en février dernier.François Hollande et Arnold Schwarzenegger se retrouvent ce mardi pour le "sommet des consciences". - Michel Euler - Pool - AFP

Cinq mois avant la grande messe de Paris sur le réchauffement climatique, une quarantaine de personnalités du monde entier se retrouvent mardi pour le "Sommet des consciences pour le climat", en présence notamment de François Hollande. L'ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, attendu dès lundi soir pour dîner à l'Elysée, a en revanche finalement décliné l'invitation.

Une préparation en petit comité avant le grand-rendez vous de décembre. Cinq mois avant la COP21, la grande conférence de Paris sur le climat qui regroupera 195 Etats sous l'égide de l'ONU, les représentants de 45 pays se retrouvent mardi dans la capitale pour tenter de trouver un premier terrain d'entente en vue d'un accord sur le réchauffement climatique. 

Outre la quarantaine de représentants de différents pays, ce "sommet des consciences" sera lancé par François Hollande, accompagné de Nicolas Hulot, l'envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète. Cette conférence accueillera notamment Kofi Annan, l'ancien secrétaire général de l'ONU, ou encore le prince Albert de Monaco. Arnold Schwarzenegger, l'acteur et ancien gouverneur de Californie, qui a fondé l'ONG R20, visant à faire réduire les émissions de carbone, a en revanche donné la priorité à la promotion de son dernier film Terminator Genisys.

Trouver les bases d'une négociation

Avant même le début de ce mini-sommet, Laurent Fabius a prévenu: 

"Ces deux jours, nous allons essayer d'accélérer la marche vers l'accord", a insisté le ministre des Affaires étrangères lundi à Paris, devant les responsables d'une quarantaine de pays.

Car si "les négociateurs techniques butent encore sur une série de grandes questions politiques", pour le patron du Quai d'Orsay, ce sont aux ministres de "chercher dès maintenant les compromis sur les grandes questions politiques qui se posent". Et permettre ainsi de déterminer une base en vue des prochaines négociations. A l'issue de la réunion mardi soir, la France tirera un bilan, qui sera posté sur le site de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques.

Le danger de Copenhague plane toujours

"Le temps est venu d'être pragmatique", a déclaré de son côté lundi le péruvien Jorge Voto Bernales, dont le pays avait présidé la conférence climat de 2014. La réunion sera consacrée à deux des questions majeures qui formeront le socle de l'accord espéré: la répartition de l'effort entre pays développés et pays en développement, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, et, le niveau d'ambition du futur accord. 

Les représentants ont également affiché leur volonté de ne pas reproduire l'exemple de Copenhague. En 2009, ne trouvant pas d'accord, les négociateurs avaient appelé à la rescousse les chefs d'Etat pour trouver un compromis. En 2015, Laurent Fabius l'assure, cet accord devra être préparé en amont.

Hausse historique des températures en juin

Avant la grande conférence de Paris en décembre prochain, les délégués des différents pays s'étaient réunis à Bonn, en Allemagne, pour avancer un texte de négociation, trop long et trop confus. Une version allégée et rationalisée doit être présentée le 24 juillet par les deux coprésidents des débats, en vue de nouvelles discussions qui se tiendront à nouveau à Bonn du 31 août au 4 septembre prochains. 

En 2009, la communauté internationale s'était fixé l'objectif de contenir la hausse du thermomètre mondial sous les 2°C, seuil charnière si le monde veut éviter des impacts graves et irréversibles sur les sociétés comme sur les écosystèmes. Lundi, l'agence américaine océanique et atmosphérique a publié un nouveau rapport qui révèle que le mois de juin 2015 a été le plus chaud depuis... 1880 et le début du relevé des températures.

la rédaction avec AFP