BFMTV

Christian: bientôt le calme après la tempête

Un travailleur nettoie les débris après la chute d'un arbre à Londres, le 28 octobre.

Un travailleur nettoie les débris après la chute d'un arbre à Londres, le 28 octobre. - -

La tempête Christian, qui s'est abattue sur l'Europe du Nord, a fait au moins 16 morts. Peu à peu, la situation revient à la normale dans les pays touchés.

Après les importants dégâts provoqués par la tempête Christian, la situation est de nouveau sous contrôle dans la plupart des pays touchés. En France, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Scandinavie et dans le nord de l'Allemagne, l'électricité, qui a parfois été momentanément coupée, est peu à peu rétablie. Les dégâts sur les lignes ferroviaires sont progressivement jugulés.

La tempête a fait au moins 16 morts. En France, une femme âgée d'une cinquantaine d'années est décédée, emportée par une lame lundi matin, dans le sud-ouest de Belle-Ile (Morbihan) alors que des forts vents soufflaient sur l'île bretonne.

61.000 foyers encore sans électricité au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, où 4 personnes sont mortes, encore 61.000 foyers sont sans électricité, sur les 600.000 qui ont connu une coupure du courant lundi, selon Energy Networks Association. Quelques trains étaient encore en retard ou annulés, mardi. C'est également le cas au Danemark, où la tempête a provoqué la mort de deux personnes.

La tempête a tué sept personnes depuis dimanche en Allemagne, où l'on notait toujours des perturbations ferroviaires dans le nord du pays. Dans l'Etat régional du Schleswig-Holstein, le plus septentrional, entouré par la mer du Nord et la Baltique, de nombreuses écoles devraient rester fermées mardi, selon l'agence de presse DPA.

Par ailleurs, 60.000 foyers restaient sans électricité et 35.000 sans téléphone en Suède. Dans les régions rurales et reculées, le retour du courant devrait prendre plusieurs jours. Aux Pays-Bas, où deux personnes sont décédées, l'association des assureurs a fixé dans une première estimation à 95 millions d'euros le montant des dommages au secteur privé.

M.K. avec AFP