BFMTV

Climat :les 195 pays d'accord sur un texte de négociation pour la COP21

Christiana Figueres et Laurent Fabius à Bonn, le 20.10.2015

Christiana Figueres et Laurent Fabius à Bonn, le 20.10.2015 - PATRIK STOLLARZ / AFP

Après une semaine de discussions, les 195 pays présents à Bonn ont trouvé un texte de négociation pour la conférence sur le climat de Paris. Mais la négociatrice française espère "un esprit de compromis".

Les négociateurs de 195 pays ont approuvé vendredi à Bonn un texte de négociation pour la conférence climat de Paris, qui doit déboucher sur un accord mondial et ambitieux pour contenir le réchauffement climatique. Ce texte marque la fin de la semaine de négociation.

Un texte peu lisible

Le texte d'une cinquantaine de pages a toutefois été critiqué lors de la dernière séance plénière pour son manque de lisibilité et la négociatrice française, Laurence Tubiana, a appelé les pays à changer de méthode et à arriver à Paris avec "un esprit de compromis". "Si nous voulons transformer ce texte en accord juridique, nous devrons travailler différemment à Paris", a également affirmé le Pérou à la tribune lors de la clôture d'une semaine de discussions dans l'ex-capitale allemande.

"Nous ne pourrons pas répéter ça la prochaine fois" 

"Le texte n'est pas exactement ce que j'avais espéré pour le début de la conférence de Paris", a regretté Laurence Tubiana. "Nous n'avons pas réellement négocié cette semaine, nous avons clarifié les options, mais nous ne pourrons pas répéter ça la prochaine fois, vous devez être prêts à négocier à Paris dès le premier jour", a martelé l'ambassadrice française. Le coup d'envoi de la COP21 sera donné par les chefs d'Etat le 30 novembre, puis les délégations reprendront les négociations pendant plusieurs jours.

La deuxième semaine de la COP, les discussions se feront au niveau des ministres, qui seront chargés de faire les arbitrages définitifs pour conclure un accord devant permettre de contenir le réchauffement de la planète en deçà de 2°C par rapport au niveau pré-industriel.

la rédaction avec AFP