BFMTV

Climat: le cri d'alarme des petits Etats insulaires à la pré-COP24 de Bangkok

Les Maldives, l'un des Etats insulaires concerné.

Les Maldives, l'un des Etats insulaires concerné. - Michael Hobi - Wikimedia CC

A Bangkok, lors d'une réunion de préparation de la prochaine COP, les petits Etats insulaires, dont l'existence même est menacée à court terme par la montée du niveau des océans liée au réchauffement climatique, ont alerté les participants de leur situation préoccupante.

Les petits Etats insulaires participant à Bangkok à une réunion de préparation du prochain sommet sur le climat, dit COP24, ont lancé vendredi un cri d'alarme, étant "en première ligne" du changement climatique.

"Nous sommes en première ligne. mais c'est un problème global, qui ne peut être réglé qu'au niveau mondial", insiste Amjad Abdulla, négociateur en chef pour l'Alliance des petits Etats insulaires (Alliance of Small Island States, AOSIS), en marge des discussions de Bangkok.

Donner vie à l'accord de Paris

A trois mois de la COP24 en Pologne, cette session intermédiaire de négociations sur le climat, prévue jusqu'à dimanche, doit régler un certain nombre de divisions entre pays pour donner enfin vie à l'accord de Paris.

"Nos îles sont menacées. Nous faisons plus que ce qui nous incombe, avec nos moyens limités", a protesté Amjad Abdulla, qui représente cette quarantaine de nations allant des Maldives aux Bahamas en passant par Singapour, éparpillées sur tous les océans.

Les quelque 190 États participants ont jusqu'à la fin de l'année et la 24e Conférence climat de l'ONU, en décembre à Katowice, en Pologne, pour finaliser les règles de mise en oeuvre du pacte de 2015, qui vise à contenir le réchauffement mondial sous les 2°C, voire 1,5°C, par rapport à l'ère préindustrielle.

Tensions entre pays

Les tensions entre pays ont conduit à la paralysie cet été du Fonds vert pour le climat de l'ONU, déjà affecté par l'arrêt de la contribution des Etats-Unis décidé par Donald Trump. L'accord prévoit une aide annuelle de 100 milliards de dollars d'ici à 2020 pour les pays pauvres, qui reprochent aux pays riches de trop compter sur le secteur privé.

"Notre message à la communauté internationale, c'est que nous n'avons pas les moyens financiers, technologiques ou humains de limiter le réchauffement climatique. Nous avons besoin de la coopération internationale afin de tous pouvoir survivre sur nos îles", a lancé le négociateur en chef de l'AOSIS.

Inondations, multiplication d'événements extrêmes deviennent plus fréquents et plus soutenus, à travers le monde, mais a fortiori dans ces îles au ras de l'eau.

"Les gens perdent leurs moyens de subsistance, perdent leurs maisons... On est presque arrivés au point de non retour. Le coût pour s'adapter va massivement augmenter", la situation se dégradant, a insisté Amjad Abdulla, qui vient lui-même des Maldives.

B.L. avec AFP