BFMTV

Chaleur et pollution: vers une mauvaise qualité de l'air toute la semaine

L'Ile-de-France connaît actuellement un épisode de pollution à l'ozone. Accentué par les fortes températures attendues, il pourrait perdurer toute la semaine.

Les Franciliens risquent de suffoquer cette semaine. Airparif, chargé de surveiller la qualité de l'air signale pour ce lundi un indice de pollution élevé à l'ozone de 75 sur 100. Airparif prévoit une pollution plus élevée encore mardi avec un indice de 83 sur 100. 

pollution
pollution © BFM Paris

La pollution à l'ozone favorisée par la chaleur

L'ozone est un polluant qui se forme à partir d'autres polluants (les oxydes d'azote ou les hydrocarbures) ou sous l'action du rayonnement solaire et en l'absence de vent. L'été est particulièrement propice à la pollution à l'ozone en raison des fortes chaleur, c'est d'ailleurs ce qui attend l'Ile-de-France toute la semaine. 

"Tant qu'il va faire chaud, et là on annonce une quasi-canicule, on va avoir un problème avec l'ozone et on risque d'avoir des jours encore plus difficiles cette semaine", prévient sur BFM Paris Olivier Blond, président de Respire, association nationale pour la prévention et l'amélioration de la qualité de l'air. 

Les températures dépasseront en effet la barre des 30 degrés partout en Ile-de-France dès ce lundi et dans les prochains jours. Les températures devraient atteindre 32 degrés mardi, 33 mercredi et jusqu'à 34 degrés jeudi, selon Météo-France. Si les conditions météo restent identiques, la pollution pourrait donc perdurer dans les prochains jours.

Des restrictions de circulation à venir? 

A Paris, la mairie a décidé de mettre en place la gratuité du stationnement résidentiel pour inciter les Parisiens à ne pas utiliser leur voiture.

La préfecture de police recommande également aux automobilistes franciliens de préférer les transports en commun et à ceux qui décident de prendre la voiture de réduire leur vitesse. Dans un communiqué, la préfecture de police fait savoir que le préfet "restera attentif à l'évolution de la situation dans les prochains jours". 

Si la pollution s'installe, le préfet de police pourrait décider de mettre en place la circulation différenciée par le biais du dispositif Crit'Air, dans un périmètre défini par l'A86. En juin 2017, il avait ainsi été décidé de restreindre la circulation avec ce dispositif. Les véhicules portant les vignettes Crit'air 4 et 5 avaient alors été interdits de circuler. 

Carole Blanchard