BFMTV

Paris: comment le musée de l'Illusion se prépare à rouvrir ses portes

Le musée de l'Illusion

Le musée de l'Illusion - BFM Paris

Le petit musée pourra de nouveau accueillir des visiteurs le 11 mai. Mais les équipes du lieu culturel doivent repenser son organisation pour permettre le respect des mesures sanitaires.

Le Louvre, le Centre Pompidou, Orsay... Ces grands musées parisiens resteront encore fermés un certain temps en raison de l'épidémie de coronavirus. Mais comme annoncé par Edouard Philippe mardi lors de la présentation du plan de déconfinement du gouvernement face à l'Assemblée, les "petits musées" français pourront rouvrir leurs portes à partir du 11 mai.

Si aucune définition précise de ce terme n'a été donnée par le Premier ministre, plusieurs "petits musées" de la capitale ayant obtenu l'aval pour accueillir de nouveau des visiteurs se préparent à rouvrir. C'est le cas du tout jeune musée de l'Illusion, dans le premier arrondissement de Paris, dont les équipes s'affairent pour préparer l'établissement en vue du 11 mai. Il faudra en effet veiller à faire respecter les mesures sanitaires et les règles de distanciation sociale.

Nettoyage des oeuvres et nombre de visiteurs limités

Pour le musée de l'Illusion, le défi est de taille pour proposer une visite agréable et ludique malgré l'épidémie. Disposition et nettoyages très régulier des oeuvres, changements dans le déroulement de la visite... Tout est à repenser pour limiter les risques de contamination au Covid-19 dans l'établissement. Les équipes ont ainsi installé des plaques de plexiglas au niveau des caisses et pris la décision de condamner certaines oeuvres, notamment celles interactives que les visiteurs avaient la possibilité de toucher.

Mais le plus grand défi pour ce petit musée sera certainement de réguler le flux de visiteurs dans cet espace de 450 mètres carrés. Pour cela, la direction a prévu des créneaux horaires précis - pas plus de 70 personnes par heures - et elle conseille par ailleurs aux visiteurs souhaitant venir à partir du 11 mai de réserver leurs billets en ligne à l'avance.

Malgré ces contraintes, Steven Carnel, porte-parole du musée, préfère voir le bon côté des choses:

"Puisqu'il y aura moins de monde ce sera aussi très agréable pour les visiteurs. Au lieu d'avoir quinze ou dix personnes dans une salle, vous en aurez trois, deux ou une. Tout cela sera régulé, fluide", assure-t-il à BFM Paris.

Concernant les grands musées, il faudra encore s'armer de patience. Ou bien opter pour des visites virtuelles!

Juliette Mitoyen