BFMTV

La France lance un appel à l'OMS sur le transsexualisme

BFMTV

PARIS - La France a annoncé lundi son intention de demander à l'Organisation mondiale de la santé de retirer le transsexualisme de la liste des...

PARIS (Reuters) - La France a annoncé lundi son intention de demander à l'Organisation mondiale de la santé de retirer le transsexualisme de la liste des maladies mentales, comme l'OMS l'avait fait pour l'homosexualité en 1990.

Les ministères de la Santé et des Affaires étrangères ont écrit un message en ce sens à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie.

"La lutte contre les violations des droits de l'Homme fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre est l'un des axes de la politique de la France en matière de droits de l'Homme", écrivent-ils.

Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, et Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports, "ont décidé de travailler ensemble pour porter cette question devant l'Organisation mondiale de la Santé", ajoute-t-on.

Le Comité Idaho (International day against homophobia and trans), coordinateur de la Journée de lutte contre l'homophobie, salue dans un communiqué une "annonce historique, qui invite le monde entier à changer son regard sur la transidentité".

Roselyne Bachelot avait annoncé il y a un an son intention de ne plus considérer la transidentité comme une affection psychiatrique. Une décision confirmée par un décret publié en février dernier.

AGRESSIONS PHYSIQUES

Débats, expositions, projections, concerts et réunions marquent la 6e Journée mondiale contre l'homophobie, axée cette année sur les liens entre cette question et les religions.

Un colloque sur ce thème avec des représentants des grands cultes et des associations gay se tient ce lundi à l'Assemblée nationale. Des "kiss-in", rassemblements de personnes de tous les sexes s'embrassant longuement en public, sont prévus dans différentes villes.

Les organisateurs de la Journée seront reçus mardi par le directeur de cabinet du ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, qui dit dans un communiqué avoir demandé aux proviseurs de lycée et aux principaux de collège de se mobiliser sur cette question.

Sept pays punissent l'homosexualité de la peine de mort et 80 pays d'une peine de prison. En France, selon l'association SOS-Homophobie, le nombre de témoignages sur des agressions physiques à l'encontre des homosexuels a progressé en 2009, passant à 88 contre 61 en 2008.

Les questions liées à l'orientation sexuelle représentent 3% des réclamations de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), les deux tiers pour des questions d'emploi.

Un chiffre en augmentation selon sa présidente, Jeannette Bougrab. "Les discriminations ne concernent pas l'accès au marché de l'emploi mais plutôt le déroulement de la carrière", a-t-elle expliqué sur France 2.

"Quand vos collègues vont apprendre que vous êtes gay ou lesbien, on va commencer à avoir des refus de promotion, un ralentissement de carrière, voire du harcèlement moral pouvant déboucher sur un licenciement ou une démission", a-t-elle dit.

Elizabeth Pineau, édité par Gérard Bon