BFMTV

Dans l'Aisne, Macron célèbre de Gaulle et son "esprit de résistance"

-

- - -

Ce dimanche, Emmanuel Macron commémore les combats de Montcornet et de la Bataille de France, pour leur 80e anniversaire. Le premier temps fort d'une "année De Gaulle".

Emmanuel Macron célèbre la mémoire de Charles de Gaulle. Ce dimanche, le chef de l'Etat se rend dans l'Aisne, pour commémorer une bataille où s'illustra Charles de Gaulle en 1940. A Montcornet se joua un épisode de la bataille de France lors de la Seconde Guerre mondiale. Dans cet affrontement, l'armée française était dirigée par le colonel Charles de Gaulle.

Pour le président de la République, c'est un premier temps fort dans une année très marquée par le souvenir de celui qui deviendra général, puis chef de l'Etat. Charles De Gaulle sera aussi commémoré à l'occasion du 80e anniversaire de l'appel du 18 juin, du 130e anniversaire de sa naissance et du 50e anniversaire de sa mort.

Une première sur les lieux de la "défaite courageuse"

L'occasion pour le Président de célébrer "le refus de la résignation" et "l'esprit de résistance", indique l'Elysée. Deux concepts qui résonnent dans l'actualité. Annoncé en 2019, ce déplacement présidentiel est le premier, depuis plus de deux mois, à ne pas être consacré à la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Premier chef d'Etat à se rendre sur les lieux de cette "défaite courageuse", Emmanuel Macron se recueillera à la mémoire des combattants de la "Bataille de France" qui, malgré ses 60.000 morts, "est un angle mort de la mémoire militaire française", selon l'Elysée.

Puis il prononcera un discours au cours duquel il devrait "saluer le chef de guerre visionnaire" qu'était de Gaulle en 1940. Et il "honorera le refus de la résignation et l'esprit de résolution et de résistance" dont le haut-gradé avait fait preuve face à "l'esprit de défaite" de certains responsables militaires et politiques français, précise-t-on dans son entourage.

"C'est à Montcornet que j'ai forgé mes résolutions", a écrit de Gaulle dans ses Mémoires. Un mois après la bataille, il rejoignait Londres où il lançait son Appel du 18 juin appelant à poursuivre le combat.

IV, avec AFP