BFMTV

Fine ou Pousse en claire: comment bien choisir ses huîtres?

-

- - Capture d'écran France Bleu

Cette zone ostréicole située en Charente-Maritime abrite quatre variétés d'huîtres, dont la "Rolls-royce" des huîtres: la Pousse en claire.

Déjà présentes sur la table du repas de Noël, les huîtres s’invitent aussi pour le dîner de la Saint-Sylvestre. Pour cette année, notre journaliste Philippe Toinard propose de découvrir les huîtres de Marennes-Oléron, zone ostréicole de Charente-Maritime.

La production se fait dans d’anciens marais salants, mis de côté depuis plusieurs décennies. Les ostréiculteurs ont profité de ces petits bassins assez peu profonds pour y affiner ou y élever les huîtres en fonction de la marée.

À Marennes-Oléron, il existe quatre variétés d’huîtres de claires:

La Fine de claire: c’est une huître peu charnue et riche en eau, qui dispose de l’indication géographique protégée (IGP). Elle grandit dans les parcs et est ensuite affinée dans les claires, entre 14 et 28 jours dans l’année.
La Fine de claire verte: cette variété d’huître, labellisée Label Rouge depuis 1989, est également peu charnue et présente une teinte verte qui provient d’une micro algue filtrée par l’huître. Elle n’est commercialisée que du mois d’octobre au mois de mai. La Pousse en claire: plus prestigieuse, cette huître, "la Rolls-royce" des huîtres selon Philippe Toinard, est élevée dans 5m2 pendant quatre à huit mois. Son nom provient de sa coquille, sur laquelle se forment des “lignes de pousse” durant sa maturation. La Spéciale de claire: une huître très charnue, affinée dans les claires. L’appellation “spéciale” a depuis été reprise par les autres zones ostréicoles françaises pour qualifier les variétés denses en chaire. C’est également ce type d’huître qu’il est préférable d’utiliser pour la cuisson.

E. P. avec Philippe Toinard