BFMTV

Pourquoi les œufs sont-ils ovales?

Un poussin parmi des oeufs dans un incubateur au Salon de l'Agriculture à Paris, le 26 février 2017. (Photo d'illustration)

Un poussin parmi des oeufs dans un incubateur au Salon de l'Agriculture à Paris, le 26 février 2017. (Photo d'illustration) - Joël Saget - AFP

Contrairement aux hypothèses précédentes, la forme des œufs d'oiseaux ne se serait pas adaptée à celle de leurs nids.

Oubliez la grande question de qui, de l’œuf ou de la poule, est venu en premier: cette devinette bien connue est désormais dépassée. Les scientifiques étudient aujourd’hui la forme de l’œuf, ses variations et les différents facteurs qui déterminent son aspect.

C’est d’ailleurs peu ou prou le titre d’une étude qui fait la Une de la revue scientifique Science: "Avian egg shape: Form, function, and evolution" ("La forme des oeufs d'oiseaux: forme, fonction et évolution").

L’équipe de chercheurs à l’origine de l’étude, représentant plusieurs universités et corps d’études (biologie, ornithologie, physique et mathématiques appliquées), s’est servie des réserves du Musée de zoologie des vertébrés à l’université de Californie à Berkeley pour étudier 50.000 œufs de 1.400 espèces d’oiseaux.

Car l’œuf de poule est loin d’être le plus fascinant. Les colibris pondent ce qui ressemble à des Tic Tac, des "petites ellipses parfaites" comme le décrit l’auteure principale de l’étude, Mary Caswell Stoddard, au Washington Post, la bécassine des œufs un peu plus pointus, ou les hiboux des œufs plus petits, plus blancs et plus ronds qui ne sont pas sans rappeler des balles de ping-pong.

Lors de leur étude, les chercheurs ont classé les 50.000 œufs selon leur ellipticité et leur asymétrie, puis suggéré plusieurs modèles, autant pour expliquer comment la forme d’un œuf est déterminée que pour élucider pourquoi elle varie en fonction des espèces.

La forme ne tient pas à la coquille

Tout d’abord, ils ont constaté que la forme ne tient pas à la coquille de l’œuf. "Si vous dissolvez la coquille calcifiée, il reste la membrane interne qui a toujours une forme ovoïdale", explique Mary Caswell Stoddard au Washington Post. C’est donc cette membrane qui détermine la forme de l’œuf, elle-même soumise aux variations de pression dans l’oviducte, le conduit qui permet au volatile de pondre.

Mais pourquoi alors cette forme varie autant d’un oiseau à l’autre? Les scientifiques ont ensuite comparé les différentes espèces, selon plusieurs critères: similitudes génétiques, types des nids, emplacements, forme des griffes, régime alimentaire, et surtout, habileté de vol.

Le type de vol, facteur déterminant

"Dans l’ensemble, parmi les oiseaux, nous avons trouvé que ce n’était pas l’emplacement du nid qui détermine la forme de l’œuf - c’est la capacité à voler", affirme la scientifique. C’est donc la manière dont les oiseaux s’adaptent à leur type de vol qui aurait fait évoluer la forme de leurs œufs.

Leur taille, elle, serait influencée par la quantité de calcium présente dans leur nourriture, précise Joseph Tobias, un des auteurs de l’étude, dans une publication de l’Imperial College London.

Les oiseaux qui ont évolué par rapport à leur manière de voler ont des corps en général plus petits, avec moins d’espace dans leur abdomen et des oviductes plus étroits. Faute d’espace, certains oeufs se sont allongés et sont devenus plus pointus: une manière de garder leur volume, tout en réduisant leur largeur.

Liv Audigane