BFMTV

Zad de Notre-Dame-des-Landes: réexamination de la demande d'expulsion

Manifestation contre la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à Nantes le 18 juin 2015.

Manifestation contre la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à Nantes le 18 juin 2015. - Georges Gobet - AFP

Le tribunal d'instance de Nantes réexaminera fin janvier une demande en référé du concessionnaire du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), visant à expulser les occupants d'une maison située sur la Zad, la zone dédiée au projet, d'après leur avocat.

Le juge des référés devait initialement se prononcer sur cette expulsion jeudi mais a décidé de "rouvrir les débats" à la suite de la production par le concessionnaire, Aéroports du Grand Ouest (AGO), "de nouvelles pièces dans le cours du délibéré", a indiqué Stéphane Vallée, l'avocat des occupants.

Une nouvelle audience prévue fin janvier 

"Une nouvelle audience aura lieu le 28 janvier", a-t-il précisé. Le 10 octobre, une dizaine de militants anti-aéroport, membres d'un collectif nantais, avaient investi cette ferme située au lieu-dit "La Noé Verte" à Grandchamp-des-Fontaines (Loire-Atlantique), à l'est de la Zad, la zone d'aménagement différé où doit être construit l'aéroport, rebaptisée "Zone à défendre" par les opposants au projet.

Le propriétaire de la maison, inoccupée depuis deux ans, AGO, avait assigné en référé (procédure d'urgence) les occupants pour obtenir leur rapide expulsion. Lors de la première audience, le 29 octobre, Me Vallée avait demandé un délai de trois ans, le maximum que la loi peut autoriser dans une procédure d'expulsion, estimant qu'il n'y avait "pas d'urgence spécifique".

A.-F. L. avec AFP