BFMTV

Week-end de la Pentecôte: la SNSM appelle à la prudence pour les sorties en mer

Le week-end de l’Ascension, les sauveteurs en mer ont dû intervenir 88 fois et déplorent deux décès.

Le week-end de l’Ascension, les sauveteurs en mer ont dû intervenir 88 fois et déplorent deux décès. - BEN STANSALL / AFP

Le week-end dernier, pour l'Ascension, les sauveteurs en mer ont dû intervenir 88 fois et déplorent deux décès. Pour cette nouvelle fin de semaine, ils appellent à la prudence avant de lever l’ancre.

A quelques heures du week-end de la Pentecôte, la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) lance un appel à la prudence. Par ce temps ensoleillé, l’envie de lever l’ancre et de prendre le large est forte et avec elle, les risques d’accidents augmentent fortement.

Avant de partir en mer, la SNSM fait le point sur les règles élémentaires de sécurité: "Vérifiez le bon fonctionnement de votre bateau (...) si vous doutez de vos capacités à naviguer seul, il vaut mieux ne pas appareiller", peut-on lire sur leur site.

Le président de la SNSM, Emmanuel De Oliveira, invite également à vérifier qu’il n’y a pas de "fuite d’eau ou une rupture de vanne. Vérifiez l’état du moteur et la réserve d’essence", détaille-t-il au Figaro.

88 interventions durant le week-end de l'Ascension

Et d’ajouter: "Il faut toujours avoir un moyen de communication et de géolocalisation lorsqu’on part au large car chaque minute compte en cas d’opération de sauvetage." Chaque année, il constate "une hausse régulière de 20% des interventions pour secourir les personnes parties en kayak, kite surf, surf ou embarcations légères dont beaucoup ne portent pas ces instruments de localisation".

Le week-end dernier, pour le pont de l’Ascension, la SNSM est intervenue 88 fois le long des côtes françaises et métropolitaines, et deux personnes sont mortes, précise au quotidien Emmanuel De Oliveira.

"Il est vrai que par rapport au week-end de l’Ascension 2019, le chiffre absolu est moins important, nous étions sortis à 109 reprises. Mais en proportion, l’accidentologie a été nettement plus importante pour l’Ascension 2020 car il y avait deux fois moins d’activité en mer à cause du confinement que l’an dernier". Si l’activité nautique est particulièrement attrayante après deux mois d’enfermement, la prudence est donc de mise.

Ambre Lepoivre