BFMTV

Villefranche-sur-Saône: une auto-école avec une salle réservée aux femmes fait polémique

La gérante d'une auto-école de Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône, a ouvert une salle de code uniquement ouverte aux femmes. Elle se défend de tout prosélytisme et met en avant une demande des jeunes filles.

Prosélytisme religieux ou réponse à une demande? La gérante d'une auto-école à Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône, a décidé d'ouvrir une salle de code réservées aux femmes. Une mesure qui fait polémique notamment dans un contexte sociétal particulièrement tendu entre les amalgames après les attentats et la polémique sur le burkini.

Sensée ouvrir lundi 22 août, l'établissement dispose de deux salles pouvant accueillir une dizaine de personnes. La gérante, elle, se défend de tout prosélytisme religieux, mettant en avant un argument commercial. "Vu la demande que j’avais, qui était assez impressionnante de filles qui voulaient être toutes seules notamment parce que les garçons sont chahuteurs, font beaucoup de bruit", explique Sarah Bakar à BFMTV.

"Moi je fais du commerce, je suis là pour faire de l’argent", renchérit celle qui se décrit comme une entrepreneure musulmane.

Pas de considérations religieuses

Sauf que depuis l'annonce de l'ouverture d'une salle réservée aux femmes, la nouvelle a été relayée sur les réseaux sociaux et notamment sur des sites communautaires. Et pourtant pour la gérante de l'auto-école la demande des femmes sont bien loin des considérations religieuse. "Les premières personnes qui m’ont demandé n’étaient pas du tout musulmane. C’est vraiment surtout pour le bruit que les garçons occasionnent", répète-t-elle.

-
- © Capture Facebook

L'initiative, autant saluée que critiquée sur les réseaux sociaux, est désormais dans le viseur des autorités. En premier lieu, la mairie de Villefranche-sur-Saône. "Je demande aux représentants de l’état que cette auto-école fonctionne dans les règles de la République, c’est-à-dire qu’elle permette l’accueil des hommes et des femmes comme dans toute auto-école, réclame Bernard Perrut, le maire LR de la ville. Je ne saurai admettre qu’il y ait des lieux différents sur Villefranche."

J.C. avec Anne-Sophie Warmont et Florent Bonnard