BFMTV

Valence: huit mois de prison ferme pour l'agression sexuelle d'un garçon de 6 ans

L'agresseur, une homme de 65 ans, a été condamné à 8 mois de prison ferme.

L'agresseur, une homme de 65 ans, a été condamné à 8 mois de prison ferme. - PHILIPPE DESMAZES / AFP

Vendredi dernier en fin d'après-midi, l'homme avait mis sa main dans le slip d'un petit garçon dans un parc de Valence, dans la Drôme. Lors de son audience au tribunal correctionnel, lundi, l'agresseur, incapable d'expliquer son geste, a été condamné à deux ans de prison dont huit mois ferme.

Il est 19 heures ce vendredi 19 août quand le père du petit garçon agressé descend avec ses deux fils de deux et six ans au parc de la ville en bas de chez lui. L'agresseur traverse la rue en même temps que son enfant de 6 ans, tandis que le papa attend avec son plus jeune fils que le feu piéton repasse au vert.

Alors qu'il surveille son enfant depuis le trottoir d'en face, le papa voit le prévenu proposer un magazine à son enfant, s'asseoir avec lui sur un banc et lui glisser la main dans le slip. Le père se précipite alors sur l'homme, ainsi que deux femmes témoins de la scène. Sans violence, il retient l'agresseur jusqu'à l'arrivée de la police.

Déjà condamné pour exhibition sexuelle 

Lors de l'audience, la présidente du tribunal a insisté auprès du coupable, "Pourquoi avoir fait ça?", détaille France Bleu Drôme Ardèche.

"Un coup de folie, je ne me l'explique pas" lâche finalement l'homme. "Je reconnais que ce n'est pas normal, ça ne se fait pas, c'est interdit". 

Le prévenu est ancien plâtrier-peintre de 65 ans, aujourd'hui à la retraite. L'expertise psychiatrique indique que l'homme est limité intellectuellement et dépressif depuis la mort accidentelle de sa compagne. Il a déjà été condamné pour exhibition sexuelle. Ancien alcoolique, il dit avoir été sous l'emprise de l'alcool mais les premiers tests ne décèlent pas d'alcool dans son sang. 

La procureure réclamait deux ans de prison ferme, l'homme a finalement été condamné à deux ans de prison dont huit mois ferme, assortis d'un sursis mise à l'épreuve et son nom sera inscrit au fichier des délinquants sexuels.