BFMTV

Une campagne d'affichage sauvage contre le sexisme retirée par la RATP

Six photos de femmes non retouchées ont été placardées dans le métro parisien

Six photos de femmes non retouchées ont été placardées dans le métro parisien - Instagram Nous sommes 52

Le collectif féministe "Nous sommes 52" avait collé des photographies de femmes non retouchées dans des rames de métro. Un affichage sauvage que la RATP a par la suite retiré.

Des femmes sans artifices et sans retouches pour combattre les clichés sexistes véhiculés par les publicités dans les transports de la capitale. Tel était le but du collectif 52 (52 comme le pourcentage de femmes dans la population française) qui, le 16 juillet dernier, s’est lancé dans une campagne d’affichage sauvage sur les lignes 4 et 9 du métro parisien.

"Le collectif 52 et la RATP vous souhaitent un été décomplexé" peut-on lire sur ces affiches qui ont surpris les voyageurs.

Une publication partagée par noussommes52 (@noussommes52) le 17 Juil. 2018 à 11 :20 PDT
"Dès l’arrivée de l’été́, la pression concernant le physique des femmes atteint des sommets, explique le collectif 52 sur son site. D’où l’initiative d’afficher six corps de femmes non retouchés. Des corps de tous âges, couleurs et corpulences. Des femmes qui osent se montrer telles qu’elles sont réellement: belles et bien dans leur peau pour redonner à tout.e.s les voyageuses et voyageurs une note juste et optimiste de la femme."

Par le biais de cette campagne "joyeuse et positive", le collectif 52 souhaite lutter "contre le sexisme dans les rames de nos trains".

Les affiches retirées par la RATP

Si la RATP est directement mentionnée dans cette campagne d’affichage, elle n’est pas partie prenante à cette initiative. Contactée par BFMTV.com, la société de transport a ainsi expliqué que "l’affichage sauvage dans les espaces et les trains du réseau RATP était systématiquement retiré".

Pour autant, la RATP assure soutenir la lutte contre toutes les formes de sexisme et de stéréotypes. A ce titre, elle rappelle qu’elle a signé le 27 juin dernier une déclaration "Pour un Paris sans pub sexiste" à l’issue d’un colloque organisé par la mairie ainsi qu’une charte de l’UDA (Union des annonceurs) qui comprend notamment un volet de lutte contre les stéréotypes.

Le groupe signale enfin que sa régie publicitaire, Métrobus, a par ailleurs "une charte d’engagement qui concerne, entre autres thèmes, la lutte contre la récurrence des stéréotypes".

Hervine Mahaud