BFMTV

Surveillants agressés à Condé-sur-Sarthe: les syndicats bloquent la prison de Fleury-Mérogis

La prison de Fleury-Mérogis - Image d’illustration

La prison de Fleury-Mérogis - Image d’illustration - AFP

Force ouvrière et la CGT ont appelé à multiplier les actions au lendemain de l'attaque terroriste perpétrée par un détenu radicalisé mardi.

"La pénitentiaire n'a pas le droit de grève, mais peut supprimer les visites". Tel va le mot d'ordre de FO et de la CGT au lendemain de l'attaque terroriste perpétrée par un détenu radicalisé sur deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe. Des surveillants en colère mènent ce mercredi des opération de blocage devant plusieurs prisons, parmi lesquelles celle de Fleury-Mérogis. 

Plus d'une centaine de gardiens bloquent actuellement l'entrée de la plus grande prison d'Europe. Ils se disent déterminés à ne laisser rentrer personne: gardiens, salariés ou visiteurs. 

Les syndicats FO et CGT, qui ont lancé cet appel national, dénoncent l'insécurité grandissante dans les maisons d'arrêt, la multiplication des agressions de gardiens et le manque de moyens. Ils exigent des "réponses politiques" à l'attaque survenue à Condé-sur-Sarthe, notamment la création d'établissements spécialisés dans l'accueil de détenus radicalisés. Le blocage pourrait durer toute la journée.

Jules Pecnard avec Clémence Dibout