BFMTV

Sondage: popularité stable pour Macron, en légère hausse pour Philippe

Emmanuel Macron au Touquet, le 18 juin 2017

Emmanuel Macron au Touquet, le 18 juin 2017 - Philippe HUGUEN, AFP/Archives

Les cotes de popularité d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe se maintiennent nettement au dessus de la barre des 50% à la veille de la rentrée parlementaire.

La popularité du couple exécutif se maintient, avec 58% (=) d'opinions favorables pour le président Emmanuel Macron et 57% (+2) pour Edouard Philippe, son Premier ministre, selon un sondage Odoxa réalisé au lendemain du remaniement ministériel consécutif aux élections législatives, publié mardi.

La cote du chef de l'Etat est stable et celle du Premier ministre en hausse de deux points par rapport à la précédente enquête réalisée fin mai, peu après leur entrée en fonction.

Une Assemblée "moins compétente" que les précédentes?

Les Français interrogés sont toutefois partagés sur la situation générale de la France, seuls 37% d'entre eux estimant qu'elle sera "plutôt meilleure" à la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron, 21% "plutôt moins bonne" et 42% "ni meilleure ni moins bonne", selon cette enquête pour L'Express, la Presse régionale et France Inter.

Plus de la moitié (53%) pense par ailleurs que l'Assemblée nationale nouvellement élue sera plus capable que les précédentes "de renouveler les pratiques et les idées politiques" et 47% qu'elle sera "plus représentative des Français". Ils ne sont en revanche que 39% à estimer qu'elle sera "plus compétente que les précédentes" et 32% "plus indépendante du pouvoir exécutif".

Malgré un net recul par rapport au mois précédent, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, reste en tête des personnalités qui suscitent "le plus de soutien ou de sympathie" (53%, -4) devant le chef de la diplomatie, Jean-Yves Le Drian (32%, -6), et Jean-Luc Mélenchon (32%, -5). François Bayrou perd 10 points à 24% et le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, 7 à 23%.

Enquête réalisée en ligne les 21 et 22 juin, après l'annonce du remaniement du gouvernement, auprès d'un échantillon de 1.008 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Paris (AFP), © 2017 AFP