BFMTV

SNCF: quelles gares vont tester les portiques anti-fraude?

Au total, pendant la phase d'essai, 1 700 TGV, soit 325 000 clients, ont été contrôlés en passant par ces portiques.  (Photo d'illustration).

Au total, pendant la phase d'essai, 1 700 TGV, soit 325 000 clients, ont été contrôlés en passant par ces portiques. (Photo d'illustration). - Bertrand Langlois - AFP

Dans les jours qui viennent, la gare Montparnasse devrait accueillir les premiers portiques. Puis les gares de Marseille, de Rennes ou de Nantes suivront.

Dès mardi, et après une expérimentation d'un an, la SNCF va équiper la gare de Paris-Montparnasse de premiers portiques anti-fraude, rapporte Le Parisien. Comme pour le métro, les passagers devront présenter un billet valide pour que les portes installées sur les quais de la gare s'ouvrent.

Déjà testée à Paris comme à Marseille, cette installation doit permettre à la SNCF de lutter contre la fraude, de dégager du temps à son personnel pour apporter plus de services aux voyageurs, mais aussi d'améliorer la sûreté des contrôleurs.

Pour autant, il ne s'agit pas des portiques annoncé par la ministre Ségolène Royal peu après les attentats de novembre à Paris, pour lutter contre le terrorisme. "Il n'y a aucun projet de cette envergure prévue aujourd'hui", rapporte une source proche du dossier à BFMTV.com. 

A Marseille en mai, en gare du Nord en juillet

Aussi, après Paris-Montparnasse cette semaine, 12 autres gares vont être équipées de portiques d'ici à début 2018. Si la SNCF tient son calendrier, ses équipes équiperont les quais de Marseille en mai, puis de Rennes, de Nantes et le Hall 2 de la gare de Lyon à Paris en juin. Après, ce sera au tour de la gare du Nord, à Paris, en juillet, d'Aix-TGV, de Lyon-Perrache et de Paris-Est cet automne.

En région PACA, le président LR, Christian Estrosi, avait annoncé début mars que des portiques allaient être installés entre mai et septembre 2017. Dans les Alpes-Maritimes, les gares de Cagnes-sur-mer, Nice-Saint-Augustin, Nice-Riquier et Menton sont concernées. 

Bordeaux et Le Mans fin 2017

Enfin Bordeaux, Le Mans, Saint-Pierre-des-Corps et Tours verront des portiques construits sur leurs quais fin 2017 début 2018. Quant à Lyon Part-Dieu, où une importante rénovation est prévue, ce sera en 2022. 

Pour l'heure, les petites gares ne seront pas équipées. "Le trafic y est moindre et les contraintes architecturales sont trop importantes", rapporte une source proche du dossier au Parisien.

Au total, la SNCF a investi 15 millions d'euros dans ces portiques auxquels il faut ajouter trois millions d'euros de maintenance pour les dix années à venir. Un marché remporté par IER, une des filiales du groupe Bolloré. 

E. H.