BFMTV

"Serpillère", "torchon": la mairie de Lyon répond aux critiques sur la qualité des masques

Depuis lundi, la ville de Lyon a commencé à distribuer des masques en tissu grand public aux Lyonnais. Mais sur les réseaux sociaux, les critiques se sont multipliées.

Qualifiés de "torchons" ou "serpillères", les masques de la ville de Lyon n'ont pas manqué de faire réagir plusieurs internautes. Depuis lundi, la mairie a commencé à distribuer des masques en tissu lavables et réutilisables. Mais des Lyonnais se sont plaints de leur taille, de leur allure et de leur qualité. 

90% des particules filtrées

Des critiques pas au goût de la mairie de Lyon qui a répondu dès mardi soir dans un communiqué. "La Ville tient à rappeler que les masques (...) ont été confectionnés à base de tissus à haute capacité de filtration (catégorie 1). Ils sont de fabrication nationale et régionale et sont certifiés AFNOR", écrit la mairie. 

"Les masques en tissu sont élaborés à partir de matériaux recommandés et répondent à des exigences de filtration, de projection, de respirabilité. Les masques commandés par la Ville de Lyon filtrent plus de 90% des particules émises d’une taille supérieure ou égale à 3 microns", précise le communiqué. 

Yann Cucherat, adjoint au maire de Lyon, n'a par ailleurs pas caché son "indignation" mercredi matin sur le plateau de Bonjour Lyon. "On est très fier d'avoir pu commander des masques il y a quelques semaines pour pouvoir aider les Lyonnais à la sortie du confinement", a-t-il répondu, interrogé sur la polémique née autour de ces masques.

"S’ils ne sont pas esthétiques, c’est une chose. Ce qui compte c’est qu’ils soient efficaces", a-t-il poursuivi, rappelant qu'une notice accompagne chaque masque.

Fabriqués à Charlieu

"Il faut d'abord les repasser, ce qui va permettre de recontacter la fibre et avoir un masque qui épouse un peu mieux le visage", a rappelé le candidat LaREM aux élections municipales face aux critiques sur la taille des masques. "Il faut les laver et il est écrit qu’il peut y avoir quelques fils qui s’effilochent et qu’il faut les couper".

Yann Cucherat a également insisté sur la provenance des masques fabriqués par Les Tissages de CharlieuCharlieu, une entreprise locale qui fournit "les masques à l'Etat, la région et des collectivités". "C'est une entreprise très sérieuse, locale, qui travaille sur des métiers Jacquard, c'est-à-dire que ce sont des tissus certifiés, en plus sur des machines professionnelles. Je regrette cette polémique", a-t-il conclu.

Benjamin Rieth