BFMTV

Sans-papiers: les associations dénoncent une hausse des placements en rétention

BFMTV

Les associations dénoncent un "enfermement massif". L'an dernier, près de 50.000 personnes ont été placées en rétention administrative, des placement en hausse de 9% par rapport à 2013. 

"La France est le premier pays d'Europe à enfermer en nombre les étrangers, loin devant tous les autres pays de l'Union", souligne le rapport annuel des associations habilitées à intervenir en centre de rétention administratives (CRA). Ce rapport, rappelle les chiffres beaucoup moins élevés pour l'Espagne (9.020) ou l'Allemagne (4.309) notamment.

Un peu plus de la moitié des placements en rétention (26.371) s'est faite en métropole, l'autre moitié (23.166) en Outre-mer, souligne le rapport, qui déplore une pratique "souvent inutile, parfois même absurde, et entachée de nombreuses violations des droits".

Augmentation de la rétention de mineurs

A côté de la hausse de la durée moyenne de rétention (passée à 12,3 jours en 2014 contre 10 jours l'année précédente), les associations dénoncent l'augmentation (+57%) du nombre de mineurs placés en rétention (5.692 l'an dernier). Les rétentions d'enfants ou adolescents ont augmenté de 16% en métropole mais de 59% à Mayotte, souligne le rapport, qui dénonce "un enfermement traumatisant" et rappelle que la Cour européenne des droits de l'Homme avait condamné la France en 2012 à ce sujet.

En ce qui concerne les reconduites à la frontière, le nombre de personnes éloignées s'est établi à 49.239 l'an dernier, contre 51.884 l'année précédente, avec une part prédominante des éloignements forcés (43.371), selon ce rapport -- le reste est constitué d'aides au retour. Au total, 15.171 personnes ont été expulsées de métropole l'an dernier.

la rédaction avec AFP