BFMTV

Sa fille tombe malade, ses collègues lui offrent 50 jours de congé pour qu'elle puisse être à ses côtés

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Jean-Philippe Ksiazek - AFP

Cette mère de famille alsacienne a pu concilier sa vie professionnelle avec les visites régulières à l'hôpital de sa fille atteinte d'un cancer.

C'est une belle preuve de générosité dont L'Alsace se fait l'écho ce dimanche. Le quotidien local rapporte qu'une mère de famille habitant Colmar, dans le Haut-Rhin, a reçu un joli cadeau de la part de ses collègues. Magalie Wacquant, une secrétaire travaillant pour une centrale d'achat du groupe Leclerc, s'est vue offrir 50 jours de congés par les travailleurs de son entreprise.

La raison? En mai dernier, un cancer a été diagnostiqué à sa fille, qui a dû enchaîner les séances de chimiothérapie cinq jours sur sept dans un hôpital strasbourgeois. Réalisant à quel point il était difficile pour Magalie Wacquant de concilier son travail avec ses visites à l'hôpital aux côtés de sa fille, de nombreux collègues ont décidé de lui céder des jours de congés payés.

Un cas de figure prévu par le Code du travail

Le Code du travail stipule en effet qu'un "salarié peut renoncer anonymement et sans contrepartie à tout ou partie de ses jours de repos non pris, […] au bénéfice d’un autre salarié de l’entreprise qui assume la charge d’un enfant âgé de moins de vingt ans atteint d’une maladie, d’un handicap ou victime d’un accident d’une particulière gravité", ce qui était en effet le cas de cette mère de famille de Colmar.

"J’ai reçu un mail des ressources humaines disant qu’on m’avait offert 50 jours! Je remercie mes collègues pour leur élan de générosité", a-t-elle déclaré dans les colonnes de L'Alsace.

Depuis, l'état de santé de sa fille s'est amélioré et les visites à l'hôpital ont diminué.

Une démonstration de générosité telle que celle-ci n'est heureusement pas si rare. Il y a un peu plus de deux ans, un père de famille du Nord avait reçu 185 jours de congés de la part de ses collègues pour pouvoir aider son fils atteint d'une maladie.

Juliette Mitoyen