BFM Business

Mayenne: ses collègues lui offrent 213 jours de RTT pour rester auprès de son fils malade

Une mère de famille a reçu 216 jours de RTT de ses collègues pour rester auprès de son fils malade (illustration).

Une mère de famille a reçu 216 jours de RTT de ses collègues pour rester auprès de son fils malade (illustration). - Jean-Philippe Ksiazek - AFP

Une mère de famille employée d'une fonderie a reçu l'équivalent de dix mois de RTT, donnés par ses collègues, pour lui permettre de s'occuper de son fils atteint d'une tumeur au cerveau.

"Quand la secrétaire me l'a annoncé, au téléphone, je lui ai fait répéter plusieurs fois. Je n'y croyais pas..." Mère de trois enfants, Sandrine bénéficie depuis début octobre d'un congé exceptionnel, comme le raconte un article de Ouest-France. 213 jours de RTT, donnés par ses collègues d'Howmet Ciral, la fonderie où elle travaille.

Une perte de salaire de 10 à 15%

Car depuis le mois de juin, son fils Noah, 9 ans, est soigné par l'hôpital de Rennes pour une tumeur au cerveau. Si une opération mi-novembre a permis de l'enlever, le garçon doit toujours suivre des séances de chimiothérapie, qui seront suivies de vingt-huit séances de radiothérapies. Noah a quitté l'hôpital, mais ne peut pour le moment pas retourner à l'école.

Un véritable casse-tête pour sa mère, qui veut rester à ses côtés chaque jour. Elle a donc pris 90 jours d'arrêt maladie, puis 15 jours d'arrêt de travail. Mais ce congé s'accompagnait d'une "perte de salaire de 10% à 15%", raconte-t-elle à Ouest-France. C'est alors qu'elle a bénéficié de l'élan de solidarité de ses collègues.

Toute l'entreprise a donné

Depuis mai 2014, une loi permet en effet aux salariés d'une entreprise de faire don de leurs jours de repos à un collègue ayant la charge d’un enfant âgé de moins de vingt ans atteint d’une maladie, d’un handicap ou victime d’un accident rendant indispensable une "présence soutenue". Elle est également appelée "loi Mathys", du nom d'un garçon de 11 ans atteint d'un cancer et dont le père avait reçu - illégalement à l'époque - 170 jours de RTT de ses collègues.

C'est donc 213 jours, soit "environ dix mois d'absence, rémunérés à 100%", précise Sylvie Establie, responsable des ressources humaines de l'entreprise, à Ouest-France, que la mère de 44 ans a reçu pour rester auprès de son fils. Selon Sandrine, "c'est toute la société qui a donné: les ouvriers de tous les ateliers, les gens des bureaux, les adjoints, les chefs, le directeur..."

Un beau geste qui permettra à la mère de Noah de rester à ses côtés jusqu'au 5 août. Et si tous espèrent que le garçon sera guéri d'ici-là, le principal intéressé ne semble pas pressé de retourner à l'école. Enfin si, un peu. "Pour les maîtresses et les copains!"

Hélène Millard