BFMTV
Religions

Une école catholique menacée par des islamophobes

Un extrait du Coran, le livre sacré de l'Islam.

Un extrait du Coran, le livre sacré de l'Islam. - -

La directrice d'une école catholique dans la Meuse fait l'objet de menaces depuis que l'une de ses enseignantes a donné à ses élèves de CM1 une leçon sur les origines de l'Islam.

Un cours d'Histoire provoque de nombreux remous dans une école privée catholique de l'Est de la France, à Saint-Mihiel, dans la Meuse. En décembre dernier, l'une des enseignantes donne à ses élèves de CM1 une leçon, inscrite dans le programme de l'Education nationale et décrivant les origines de l'Islam au début du VIIe siècle.

"L'enseignante distribue à ses élèves un polycopié qui comporte un encadré, lequel renferme, à titre d’illustration, un verset du Coran", écrit l'Est Républicain, qui révèle l'histoire.

Il n'en faut pas plus à une mère de famille pour écrire un courrier à la directrice de l'école, jugeant "inadmissible" que le Coran soit enseigné aux enfants… Raccourci fâcheux. D'autant que le judaïsme et le christianisme font l'objet eux aussi d'un cours.

Menaces par mail et téléphone

L'affaire continue néanmoins de s'envenimer lorsque le père se rend en personne à la mi-janvier dans le bureau de la directrice pour exiger que son enfant soit dispensé des cours d'histoire jusqu'à la fin de l'année. Soucieuse d'éviter le conflit, la directrice, qui défend néanmoins la légitimité de cette leçon, accepte la requête.

Mais des blogueurs d'extrême-droite s'emparent du sujet et postent plusieurs billets insultants mardi dernier. L'un d'eux va jusqu'à préciser le nom de la directrice et ses coordonnées. "Faites-vous plaisir, contactez ces indécrottables cuistres catholiques islamo-collabos qui doivent penser que l’islam est une religion comme les autres", peut-on notamment lire.

Un appel visiblement suivi, raconte la directrice. "Je reçois des coups de téléphone très menaçants de personnes qui me traitent plus bas que terre et ma boîte mail est saturée par 300 lettres d’insultes et de menaces personnelles", confie-t-elle à l'Est Républicain. Mardi, elle a déposé plainte pour diffamation.

Alexandra Gonzalez