BFMTV

Pédophilie: le parquet général requiert la non-prescription des plaintes dans l'affaire Preynat

Henri Leclaire.

Henri Leclaire. - AFP

Le parquet général a requis ce vendredi la non-prescription des faits reprochés au père Bernard Preynat dans la principale affaire de pédophilie qui secoue depuis plusieurs mois le diocèse de Lyon, tandis que le cardinal Philippe Barbarin était reçu par le pape.

Impliqué dans la principale affaire de pédophilie qui éclabousse le diocèse de Lyon depuis plusieurs mois, le père Bernard Preynat a vu le parquet général demander, ce vendredi, la non-prescription des faits qui lui sont reprochés. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Lyon, saisie par la défense dureligieux, a mis sa décision en délibéré au 10 juin, selon des avocats ayant participé à cette audience fermée à la presse.

Déterminer le bien fondé des poursuites

Bernard Preynat, mis en cause dans une affaire de pédophilie alors qu’il faisait partie du diocèse de Lyon, a été mis en examen le 27 janvier pour des agressions sexuelles commises sur des scouts de la région lyonnaise entre 1986 et 1991. Quatre plaintes ont été retenues à son encontre, le juge d'instruction ayant estimé, dans une ordonnance rendue fin mars, qu'elles étaient non-prescrites. L'avocat du père Preynat, Me Frédéric Doyez, avait fait appel de cette décision devant la chambre de l'instruction. L'enjeu est de déterminer le bien-fondé des poursuites pénales à l'encontre du religieux qui a reconnu les agressions sexuelles.

A.M avec AFP