BFMTV

Les fidèles invités à réciter une nouvelle traduction du "Notre Père"

Des os humains ont été découverts dans les combles de l'église

Des os humains ont été découverts dans les combles de l'église - (photo d'illustration) AFP

A partir du 3 décembre, les fidèles chrétiens devront réciter une nouvelle traduction de la prière la plus répandue. Le verset "Ne nous soumets pas à la tentation" devient "Ne nous laisse pas entrer en tentation".

Elle est la prière la plus répandue parmi les Chrétiens. Le "Notre Père" va connaître une petite révolution à partir du 3 décembre, date marquant le début de la nouvelle année lithurgique. La traduction du texte originel en grec des Évangélistes a été revue et va donner lieu à une nouvelle version du texte. La traditionnelle sixième demande "Ne nous soumets pas à la tentation" va être remplacée par "Ne nous laisse pas entrer en tentation". 

Depuis le 29 décembre 1965, les croyants francophones récitaient l'ancienne traduction. "Mais il se trouve qu’elle est mal comprise des fidèles (...) Beaucoup comprennent que Dieu pourrait nous soumettre à la tentation, nous éprouver en nous sollicitant au mal", écrit la Conférence des évêques sur son site. Si cette version n'est pas inexacte, elle pouvait causer "une fausse compréhension" et laisser à penser que Dieu tendrait une sorte de piège.

Or, "Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne", rappelle la Conférence des évêques, citant la lettre de Saint Jacques. 

Distribution de la nouvelle version

Cette nouvelle traduction de la sixième demande du "Notre Père" a été confirmée le 12 juin 2013 par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. "La démarche entreprise depuis plusieurs années pour une nouvelle transcription du missel s’avère plus compliquée que prévue, les tenants d’une traduction littérale se heurtent à ceux qui souhaitent que l’on prenne en compte la langue de destination", rappelle le père Eric Morin, coordinateur de l'École Cathédrale au Collège des Bernardins, cité par Paris Notre-Dame.

Ancrée dans les mémoires, la prière, qui figure dans les Évangiles selon Saint Matthieu et Saint Luc, devra être réapprise par les fidèles. D'ici dimanche 3 décembre, premier dimanche du temps de l'Avant, des dizaines de milliers de petites images avec la nouvelle version comprenant la sixième demande "Ne nous laisse pas entrer en tentation", choisie comme traduction littérale pour la phrase latine "ne nos inducas in tentationem", ont été distribuées dans les églises précise Le Figaro.

J.C.