BFMTV

Le dossier pour la béatification du père Hamel arrive sur les bureaux du Vatican

Une photo du père Jacques Hamel dans l'Église Saint-Louis-des-Français de Rome.

Une photo du père Jacques Hamel dans l'Église Saint-Louis-des-Français de Rome. - MARCO ZEPPETELLA / AFP

Ce mercredi, l'archevêque de Rouen va remettre à la Congrégation pour les causes des saints, à Rome, la volumineuse enquête diocésaine plaidant pour la béatification du père Jacques Hamel, tué par des jihadistes à l'été 2016 à Saint-Etienne-du-Rouvray.

La tragédie du père Jacques Hamel trouve un écho solennel et prolongé dans l'Eglise catholique. Le 26 juillet 2016, le prêtre de 85 ans était assassiné par deux jihadistes, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, alors qu'il célébrait la messe à Saint-Etienne-du-Rouvray. Passé l'effroi et la tristesse, son diocèse, celui de Rouen, s'est rapidement mobilisé pour faire du défunt un "bienheureux", c'est-à-dire obtenir sa béatification. L'enquête diocésaine, lancée en ce sens, a été clôturée le 9 mars dernier. Elle doit être remise à la Congrégation pour les causes des saints, à Rome, ce mercredi. 

La volonté du pape 

A l'échelle d'une institution qui préfère prendre son temps en pareil cas, et procéder dans le détail (le dossier dépasse les onze mille pages), les choses sont allées vite, plus vite qu'à l'ordinaire. L'enquête avait ainsi été ouverte en mai 2017, dix mois après l'attentat. En principe, les instructions de la Congrégation pour les causes des saints requièrent qu'un délai de cinq ans s'écoule avant que la procédure puisse débuter. Eric de la Bourdonnaye, directeur de la communication du diocèse de Rouen, explique auprès de BFMTV.com que ce changement de rythme est lié directement à la volonté du pape.

"D'une certaine façon, c'est allé plus vite que d'ordinaire car le pape a voulu raccourcir le délai pour déclencher le procès, compte-tenu de l'âge des témoins". 

Le 26 juillet 2016, le père Hamel officiait en effet devant un couple d'octogénaires et trois religieuses, âgées de plus de 70 ans. Le porteur officiel de l'enquête, monseigneur Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, a quitté ses murs normands dimanche en compagnie de quarante jeunes environ. Direction Assise, terre de Saint François, dans un premier temps, puis Rome. "Les pèlerins, avec monseigneur Lebrun, vont assister à l'audience du pape mercredi dans la matinée place Saint-Pierre puis à la remise des deux copies de l'enquête diocésaine à la Congrégation pour les causes des saints", décrit Eric de La Bourdonnaye.

De Jeanne d'Arc à Jacques Hamel

Quant à la durée de l'attente avant la décision éventuelle de béatification, qui en dernier ressort appartient au souverain pontife, elle est "très aléatoire", souligne Eric de La Bourdonnaye qui sourit en évoquant une figure catholique brûlée dans la cité rouennaise: "Dans le cas de Jeanne d'Arc, la procédure avait pris cinq siècles". 

Robin Verner