BFMTV

L'Etat met la ville de Fréjus en demeure d'ouvrir sa mosquée

La mosquée de Fréjus en septembre 2015

La mosquée de Fréjus en septembre 2015 - JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Face au maire FN de Fréjus, David Rachline qui refuse toujours d'ouvrir la mosquée de la ville, l'Etat a adressé une mise en demeure à la municipalité. Malgré ça, l'entourage de l'édile assure qu'il ne changera pas de position.

L'Etat a adressé le 22 octobre, une mise en demeure à la municipalité de Fréjus pour lui enjoindre d'ouvrir, sous quinzaine, la mosquée nouvellement construite, a-t-on appris mercredi auprès de la préfecture du Var. Dans ce courrier, les services de l'Etat donnent quinze jours, à compter du 23 octobre, au sénateur-maire Front national David Rachline pour ouvrir ce lieu de culte. "Je ne fais qu'appliquer une décision de justice", a indiqué le préfet du Var Pierre Soubelet.

"Le 17 septembre, en effet, note le représentant de l'Etat, le tribunal administratif de Toulon a ordonné à la ville de Fréjus d'ouvrir la mosquée pour la fête de l'Aïd, le 24 septembre, ce qu'elle a fait, et d'autre part lui a demandé de réexaminer, sous quinze jours, la demande d'ouverture de cet établissement, ce que, en revanche, elle n'a pas fait". Près de 200 personnes s'étaient alors rassemblées autour de l'édile pour protester contre la décision."Monsieur Rachline n'ayant pas ouvert cette mosquée qui, par ailleurs, remplit toutes les conditions de sécurité, j'agis en tant qu'autorité hiérarchique pour l'application du jugement", a poursuivi le préfet.

Rachline ne transige pas

Selon un conseiller du maire FN David Rachline "sa position reste la même, il n'ouvrira pas la mosquée". "Le maire s'étonne aussi de cette décision de l'Etat alors qu'une audience correctionnelle est prévue le 24 novembre à Draguignan à propos du permis de construire de cet établissement, dont la validité est contestée", note ce proche de l'élu frontiste. En cas de refus d'ouverture, l'Etat prendra un arrêté d'autorisation d'ouverture, a indiqué la préfecture.

Bientôt un référendum?

L'association locale El Fath, qui avait obtenu de l'ancienne municipalité l'autorisation de construire cette mosquée, se heurte depuis que les travaux ont été achevés en 2015 au refus de la municipalité FN de Fréjus de la laisser ouvrir. David Rachline avait organisé le 24 septembre une manifestation dans sa ville pour protester contre l'autorisation d'ouverture donnée ce jour-là à la mosquée. Il a également annoncé la tenue d'un référendum dans sa ville "pour ou contre une mosquée à Fréjus".

A. K. avec AFP